/news/coronavirus
Navigation

Victime d’un cancer, elle doit s’armer de patience

Le délestage dans les hôpitaux entraîne le report de son opération et l’angoisse

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Sylvie Miron, 47 ans, s’inquiète du report de l’opération qu’elle doit subir pour lui retirer une tumeur au ganglion droit.

Coup d'oeil sur cet article

Atteinte d’un cancer des ganglions, une préposée aux bénéficiaires vit des heures d’angoisse depuis que son opération pour lui retirer une tumeur a été retardée en raison du récent délestage dans les hôpitaux de Québec.

Sylvie Miron est anxieuse, car ses médecins ignorent encore la virulence de sa maladie. «C’est vraiment en faisant la biopsie que je connaîtrai le stade [...] En enlevant la tumeur, on diminue beaucoup les chances que ça se propage dans mon système lymphatique, mais pour le moment, j’attends», s’inquiète Mme Miron.

La femme de 47 ans est victime des récentes opérations de délestage à Québec, en raison des nombreux cas d’hospitalisation de patients atteints de la COVID-19, qui atteignent un sommet dans la région.

Depuis plusieurs mois, elle vit avec une tumeur au ganglion droit. Au cours des dernières semaines, la tumeur a pris de l’expansion, soutient-elle.

«Le ganglion est gros, douloureux et m’empêche parfois d’avaler. C’est très stressant pour moi, mais aussi pour ma famille», soutient la mère de trois enfants. 

  • Écoutez le témoignage Sylvie Miron au micro de Geneviève Pettersen à QUB radio  

Encore dans l’attente

Le 1er octobre dernier, elle a rencontré son chirurgien, qui recommandait une opération pour lui retirer sa tumeur, dans un délai de 90 jours, soit avant le 29 décembre.

Mme Miron espérait être opérée avant Noël, question de tourner la page sur ce douloureux chapitre, mais elle doit malheureusement se résigner à attendre encore.

«J’ai appelé cette semaine au secrétariat de planification des opérations à l’Hôtel-Dieu de Québec et on m’a dit que je ne serais pas opérée avant le 29 décembre, puisque deux nouvelles salles d’opération viennent de fermer. Si les salles n’ouvrent pas, mon opération sera même reportée après le mois de janvier», se désole Mme Miron, visiblement désemparée.

Depuis plusieurs semaines, Mme Miron demeure en isolement préventif à la maison, dans l’attente d’une opération qui ne vient pas. «Si j’attrape la COVID, on ne peut pas m’opérer, donc ce serait encore de l’attente», dit-elle.

La préposée aux bénéficiaires au CHSLD Les Jardins d’Évangéline, à Beauport, est aussi en arrêt de travail depuis la mi-octobre, notamment en raison du stress occasionné par la maladie.

«Je n’avais plus la tête au travail et la crainte de contracter le virus prenait de plus en plus de place», dit-elle.

Troisième Délestage

Devant le nombre important de patients hospitalisés en raison de la COVID-19 à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, et nouvellement dans une unité de l’Hôpital Saint-François d’Assise, le CHU a été forcé la semaine dernière de procéder à un troisième délestage depuis le début de la pandémie.

Le délestage affecte actuellement 40 % des activités opératoires. Selon nos informations, ce taux pourrait augmenter «au cours des prochains jours». Actuellement, ce délestage force l’annulation ou le report de près de 80 chirurgies par semaine.

Des chirurgies reportées   

  • Le délestage atteint 40 % en chirurgie au CHU       
  • 80 chirurgies annulées ou reportées chaque semaine       
  • 3 salles sur 9 fermées à l’Hôtel-Dieu de Québec       

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres