/news/society
Navigation

La découverte d'un archéologue de Lévis parmi les 10 percées de l’année

Une peinture montre la plus ancienne scène de chasse

Sa découverte dans les 10 percées de l’année
Photo AFP Cette peinture rupestre date d’au moins 44 000 ans, selon les travaux de l’archéologue Maxime Aubert et de son équipe.

Coup d'oeil sur cet article

La découverte et la datation de la plus ancienne œuvre figurative connue au monde par un archéologue lévisien et son équipe, basée en Australie, figure parmi les 10 découvertes les plus importantes de l’année selon la revue Science.

La fresque, vieille d’au moins 44 000 ans, selon les travaux de Maxime Aubert publiés en décembre 2019, serait rien de moins que la plus ancienne scène de chasse connue et la toute première trace de la capacité de notre espèce à raconter des histoires. 

Dénichée sur les parois d’une grotte calcaire de l’île indonésienne de Sulawesi, on y voit des chasseurs, dont plusieurs ont des traits mi-humains, mi-animaux, armés de lances ou de cordes, qui semblent pourchasser des cochons et des buffles sauvages.

Ravi

Maxime Aubert, archéologue
Photo courtoisie
Maxime Aubert, archéologue

Cette peinture exceptionnelle « déloge de manière décisive l’Europe en tant que premier lieu où les humains modernes sont connus pour avoir créé l’art figuratif », applaudit le magazine dans son édition de vendredi.

M. Aubert a étudié au Cégep de Lévis et à l’Université Laval, avant de s’envoler pour l’Australie il y a plusieurs années, pour y poursuivre sa carrière. Il est présentement professeur à l’Université Griffith.

Dans un communiqué diffusé par son université, le Québécois d’origine, au nom de son équipe, s’est dit « ravi de recevoir cet honneur ».

« Si les personnages représentent effectivement des chasseurs mythiques mi-humains et mi-animaux, leurs créateurs avaient peut-être déjà franchi une étape cognitive importante : la capacité d’imaginer des êtres qui n’existent pas », souligne également la revue.

Derrière les vaccins

L’étude se trouve parmi les 10 finalistes pour le titre de « percée de l’année » désignés par Science. C’est toutefois l’avènement des premiers vaccins contre la COVID-19 qui a finalement décroché cette distinction.

M. Aubert avait déjà été cité, en 2014, dans ce dossier présenté annuellement par la respectée publication américaine, également pour la datation d’art rupestre fabuleusement âgé, en Indonésie.