/misc
Navigation

Aires protégées: enfin une promesse tenue

Coup d'oeil sur cet article

Enfin une promesse tenue pour l’environnement ! 

Engagements internationaux

Le gouvernement du Québec a annoncé cette semaine avoir atteint la cible de protection de 17 % de son territoire.

C’est une augmentation de 59 % en une année. 

On se rattrape enfin d’un immense retard passé ! 

Un bond de géant a aussi été fait plus spécifiquement pour la conservation des aires côtières et marines. Jusqu’à tout récemment, moins de 2 % étaient protégées. Avec ces ajouts, on passe à 10 %. 

Au total, au Québec, l’équivalent d’une superficie plus grande que le Royaume-Uni sera désormais à l’abri des pires comportements humains. 

On peut s’en féliciter, même si beaucoup reste à faire. Surtout dans le sud du Québec où la pression sur les écosystèmes est immense. Encore trop peu de notre territoire y est protégé. On y permet toujours de grands saccages. 

Heureusement, des groupes de citoyens et des scientifiques se mobilisent. Ils ont cependant besoin de l’appui de tous les acteurs de la société pour être entendus par les élus.

La mobilisation est essentielle pour freiner la sixième crise d’extinction des espèces, déjà entamée selon les experts. La dernière a mené à la disparition des dinosaures. 

Certains pensent que cette affirmation est exagérée. Malheureusement, ce n’est pas le cas.

Biodiversité et santé

On peut comparer la biodiversité à un grand jeu de dominos aux interactions extrêmement complexes. Chaque espèce est reliée à plusieurs autres. Lorsque l’une d’elles disparaît, sa disparition a un impact sur les autres, y compris les humains. 

La purification de l’air que nous respirons, de l’eau que nous buvons, de même que l’équilibre des sols qui nous nourrissent sont le résultat d’interactions multiples entre des arbres, des plantes, des insectes, des animaux, des champignons, des micro-organismes et des bactéries de toutes sortes. 

Notre santé dépend de celle de la planète. Protéger la biodiversité, c’est se protéger. Voilà pourquoi l’annonce faite cette semaine doit être le point de départ pour d’autres grandes mesures de protection de l’environnement.