/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: les masques non conformes ont coûté 22 millions $ à Québec

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe
Photo d'archives Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement a payé environ 22 millions $ pour acheter des masques distribués pendant des mois dans le réseau des services de garde éducatifs à l’enfance avant d’être finalement retirés mercredi lorsqu'ils ont été trouvés non conformes.

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, a d'abord laissé entendre mercredi que le coût des masques avoisinait les 31 millions $, un montant rectifié par son ministère en soirée.

Malgré tout, M. Lacombe assure que les éducatrices n’ont toutefois «pas porté ces masques-là pour rien». Pour preuve, selon lui, «l’excellent» bilan du réseau de la petite enfance où seulement 951 cas de COVID-19 ont été détectés depuis le début de la crise, enfants et travailleurs compris.

«Pour nous assurer de mettre toutes les chances de notre côté, puis de protéger au maximum la sécurité de nos travailleuses, bien on se range évidemment derrière la recommandation de la CNESST (Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail) puis on va changer ces équipements-là», a indiqué le ministre, en entrevue.

Au terme de son analyse, l’organisme a décrété mardi qu’un des trois critères évalués en lien avec l’efficacité du masque de type MC9501, celui de la filtration, posait problème avec les quelque 31 millions d’exemplaires commandés par le gouvernement.

«Parfois ça fonctionne bien, parfois ça ne fonctionne pas. Devant ces résultats moins convaincants, la CNESST a décidé de retirer ce masque-là de la liste qu’elle recommande», a résumé le ministre Lacombe.

Un message a ainsi été transmis aux centres de la petite enfance, garderies subventionnées et non subventionnées ainsi qu’aux bureaux coordonnateurs demandant de cesser immédiatement l’utilisation de ce type de masques, les MC9501.

«Le ministère de la Famille a été saisi le 22 décembre 2020 que l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (NDLR : un organisme de recherche proche de la CNESST) a déterminé que les masques MC9501 sont non conformes, lesquels ont été fournis par le ministère de la Santé et des Services sociaux et distribués dans le réseau des services de garde éducatifs à l’enfance (SGEE) entre les mois de mai et novembre derniers», peut-on lire dans la missive gouvernementale.

Contactée par l’Agence QMI, la présidente du Syndicat des travailleuses des CPE de Montréal et Laval-CSN, Carole Leroux, a indiqué qu’elle avait été informée de la situation mardi soir. Elle a confirmé que l’avis du ministère ne porte que sur les masques MC9501, recommandant aux travailleuses des services de garde de vérifier le numéro qui est inscrit sur les boîtes des masques qu’elles utilisent afin d’éviter de porter les masques non conformes.

D’autres masques, livrés entre le 14 et le 16 décembre dans les bureaux coordonnateurs de la garde en milieu familial (BC), «doivent être utilisés», précise le message du ministère rendu public par le syndicat. «Ces nouveaux masques sont sécuritaires et ils rencontrent toutes les exigences de l’IRSST. Les BC sont toujours en charge d’assurer la distribution du matériel auprès de tous les SGEE de leur territoire.»

«Soyez assurés que le ministère veillera à ce que tous les SGEE aient à leur disposition suffisamment de masques de procédure pour les prochains mois, et ce, dès la prochaine livraison (prévue à la mi-janvier 2021)», mentionne le message du ministère.

Or, la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ), un autre syndicat, dit craindre que la directive du ministère de cesser immédiatement l'utilisation des masques MC9501 puisse engendrer des pénuries dans certains établissements qui n'ont pas encore reçu les nouveaux masques de remplacement.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

«Dans cette optique, le ministre de la Famille et la FIPEQ-CSQ ont convenu que les employeurs qui n'ont pas reçu les masques du ministère devaient se procurer immédiatement de nouveaux masques dans les commerces habituels de façon à pouvoir fournir des masques conformes à toutes les éducatrices en attendant l'arrivée des masques fournis par le ministère, soit d'ici environ deux semaines», a indiqué le syndicat par voie de communiqué, mercredi.

«Après avoir mis à risque la santé et la sécurité des intervenantes depuis plusieurs mois, c'est la moindre des choses que le ministère de la Santé et le gouvernement soient transparents. Y a-t-il une corrélation à faire entre certains cas positifs et cette bourde? Est-ce que d'autres secteurs d'activité ont aussi été mis à risque? Les intervenantes du réseau ont le droit de savoir! Le gouvernement a la responsabilité d'offrir des milieux de travail sains et sécuritaires aux intervenantes», soutient la présidente de la CSQ, Sonia Ethier.

– Avec la collaboration de Michel Bellemare

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à jdm-scoop@quebecormedia.com

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres