/finance/business
Navigation

Commerce de détail : le pire pourrait encore être à venir

On s’attend à d’autres faillites et pertes d’emplois

reitmans
Photo d’archives, Chantal Poirier Tandis que DavidsTea a profité de sa restructuration pour fermer la plupart de ses boutiques, Reitmans aura choisi pour sa part de saborder deux de ses enseignes les plus connues, soit Addition Elle et Thyme Maternité.

Coup d'oeil sur cet article

S’il ne fait aucun doute que 2020 aura été épouvantable pour l’industrie du détail, les prochaines semaines permettront de voir à quel point.

On ne sait pas encore exactement quand les commerces pourront rouvrir en janvier. Mais d’aucuns s’attendent à ce que le prochain déconfinement s’accompagne d’autres fermetures et de milliers d’autres mises à pied.

Ces dernières seront le résultat d’une année à oublier pour l’industrie, fortement pénalisée par les mesures sanitaires décrétées par les autorités. Dès avril, Statistique Canada parlait d’un déclin de 30 % par rapport au printemps précédent.

La crise n’en était alors qu’à ses débuts. Et contrairement au Québec, nombre de provinces étaient encore épargnées par la pandémie. Les difficultés n’ont fait qu’empirer par la suite, forçant nombre de détaillants à recourir à la protection des tribunaux pour demeurer à flot.

« Il y a facilement eu une douzaine de détaillants du Québec qui ont utilisé les tribunaux, estime Marc Fortin, PDG québécois du Conseil canadien du commerce de détail. C’est le cas d’entreprises aussi importantes qu’Aldo, DavidsTea, Groupe Dynamite et Le Château.

C’est que si certaines ont fait des affaires d’or – comme les quincailleries et détaillants de sport –, d’autres ont connu une année bien plus difficile. On pense aux détaillants de modes et chaussures, avec des chutes dépassant les 70 %.

La tête à peine hors de l’eau

Panda n’a eu d’autre choix que de faire face à la réalité. Comme d’autres, le groupe a recouru aux tribunaux afin de renégocier ses baux et de revoir ses façons de faire. 

« Nous avons pu sauver 14 de nos 15 boutiques et préserver la majorité de nos équipes, se réjouit sa PDG, Linda Goulet. Nous sommes en bonne posture.»

La restructuration entamée par Reitmans aura entraîné des changements encore plus importants. La montréalaise a décidé d’éliminer deux de ses enseignes. 

Déjà en difficulté, Le Château a pris une décision encore plus fondamentale, mettant fin à 60 ans d’activité. À terme, 123 magasins fermeront et 1400 personnes perdront leur emploi définitivement.

L’industrie a grand mal à évaluer l’ampleur exacte des dégâts portés par la pandémie. Le manque à gagner varie, selon leurs études, de 1,5 milliard à 4 milliards $ pour le Québec. 

Stéphane Drouin, président du Conseil québécois du commerce de détail, soutient que les ventes des 9 premiers mois de l’année ont baissé globalement de 3,8 % par rapport à 2019. Dans l’habillement et l’automobile, par contre, on parle de baisses respectives de 22,7 % et 15,9 %. 

Des emplois artificiels ?

Même confusion pour la mesure des emplois perdus. Un flou qui découlerait de la mise en place de programmes, subventionnant jusqu’à 75 % du salaire des employés de l’industrie. 

Leur générosité, dit-on, a eu pour effet de maintenir artificiellement en poste nombre de travailleurs qui seraient autrement en chômage. C’est ainsi qu’en décembre, Ottawa faisait état non pas de pertes, mais bien de création de 6000 emplois en novembre au Québec dans le commerce de détail.

« Lorsque ces programmes s’éteindront et que les créanciers n’auront plus de patience, nous allons voir d’importants mouvements, prévient Yan Cimon, qui est professeur titulaire à l’Université Laval. Il va y avoir d’autres faillites. C’est clair que la restructuration du secteur n’est pas terminée ». 

Des commerçants d’ici fragilisés par la pandémie   

Sportium est l’un des détaillants qui ont succombé cette année.
Photo d’archives, Cédérick Caron
Sportium est l’un des détaillants qui ont succombé cette année.

Des disparus, ou en cours de liquidation :

– Addition Elle 

– Le Château

– Sportium 

– Thyme Maternité 

En cours de restructuration :  

  • Aldo  
  • Ann Taylor et LOFT (Ann Canada)  
  • Jack & Jones et Vero Moda (Bestseller)   
  • Bô Bébé  
  • Club C  
  • Lolë (Coalision)    
  • DavidsTea   
  • Ernest    
  • Groupe Dynamite (Garage et Dynamite)  
  • Geox Canada  
  • La Cordée  
  • Laura (Laura et Melanie Lyne)  
  • Les Entreprises Vagabond (Hangar-29 et Studio)   
  • Louis Garneau Sports   
  • Manteaux Manteaux  
  • MEC (Mountain Equipment Co-op)  
  • Frank and Oak (Modasuite)  
  • Moores  
  • Naturalizer   
  • Nero Bianco   
  • Panda   
  • Pier 1 Imports  
  • Reitmans (Reitmans, Penningtons et RW&CO)  
  • Sail   
  • Stokes   
  • Tristan   
  • Vincent d’Amérique