/news/green
Navigation

Un record de chaleur battu le jour de Noël

Jusqu’à 70 millimètres de pluie sont tombés sur Québec

Coup d'oeil sur cet article

Déjà hors du commun, le Noël 2020 a été marqué par des précipitations qui ont atteint 70 millimètres et un record de chaleur à Québec. 

• À lire aussi: [EN IMAGES] Québec et Saint-Raymond-de-Portneuf sous l’eau

• À lire aussi: [EN IMAGES] Les rivières se déchaînent au Québec

Le Noël 2020 passera à l’histoire, non seulement à cause de la pandémie qui nous a empêchés de fêter avec notre famille, mais aussi parce que des records de chaleur ont été battus à Québec et dans les quatre coins de la province.

Dans la région de la Vieille Capitale, le thermomètre a indiqué 10,5 degrés au cours de la journée du 25 décembre, dépassant la marque des 8,3 degrés de 1964. 

Cet « hiver indien » a toutefois été accompagné de beaucoup de pluie, comme en font foi les inondations dans la région de Québec qui ont forcé des évacuations vendredi.

Un épais brouillard a recouvert la ville de Québec à divers endroits, le matin de Noël, en raison du temps chaud.
Photo Agence QMI, Marc Vallières
Un épais brouillard a recouvert la ville de Québec à divers endroits, le matin de Noël, en raison du temps chaud.

Précipitations « hors du commun »

Au total, jusqu’à 70 millimètres de pluie sont tombés entre jeudi et samedi matin dans la Capitale-Nationale.

« Normalement, Environnement Canada alerte la population après un avertissement de plus de 20 millimètres. C’est vraiment hors du commun », a expliqué au Journal le météorologue de l’agence fédérale, Dominic Martel.

Des records de chaleur ont également été pulvérisés au Saguenay, dans le Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie.

À Bagotville, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, la température a atteint 9,9 degrés. Le record était de 8,3 degrés en 1964. 

Pendant ce temps, à Mont-Joli, dans le Bas-Saint-Laurent, la température a grimpé jusqu’à 14,6 degrés. Le précédent record était de 12,8 degrés. Il datait lui aussi de 1964.

« Ça s’explique par un influx tropical, de l’air chaud et humide qui a remonté toute la côte est depuis la Floride pour se rendre jusqu’au Québec. C’est atypique », a indiqué Dominic Martel.

Les centres de ski fermés

Complètement recouvert de neige le 23 décembre, le terrain de football du Cégep Limoilou, à Charlesbourg, aurait pu accueillir un match samedi, puisque les flocons avaient pratiquement disparu de la surface synthétique.
Photo Agence QMI, Marc Vallières
Complètement recouvert de neige le 23 décembre, le terrain de football du Cégep Limoilou, à Charlesbourg, aurait pu accueillir un match samedi, puisque les flocons avaient pratiquement disparu de la surface synthétique.

« Dans certains endroits, comme au massif de Charlevoix, c’est 81 millimètres de pluie qui sont tombés. La fonte de la neige est impressionnante alors qu’on est passé de 36 cm à 0 cm de jeudi à vendredi » a souligné M. Martel. 

Le centre de ski de Charlevoix était d’ailleurs fermé vendredi et samedi, comme celui du Relais et du mont Sainte-Anne. 

Les stations reprendront leurs activités dès dimanche.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.