/sports/baseball
Navigation

Un «léger» manque de communication chez les Yankees?

Gary Sanchez
AFP Gary Sanchez

Coup d'oeil sur cet article

Le receveur des Yankees de New York Gary Sanchez a été surpris d’être laissé de côté pendant les dernières séries éliminatoires et croit qu’il y a un manque de communication dans son club.

«C’est quelque chose qui ne m’était jamais arrivé pendant ma carrière, que ce soit dans les ligues mineures ou le baseball majeur. Lorsqu’ils me laissaient sur le banc en saison régulière, ils m’expliquaient que j’allais être en poste une journée et que l’autre, j’allais obtenir congé», a indiqué l’athlète de 28 ans au réseau ESPN.

«Et là, les séries sont arrivées. J’ai commencé à être excité et à ressentir l’adrénaline. Je me sentais déjà en meilleure forme et j'avais tellement envie de contribuer, d’accomplir enfin quelque chose, ce que je n'ai pas pu faire en saison régulière, a poursuivi Sanchez. Avoir l'impression de ne pas pouvoir contribuer était très difficile. J'ai toujours soutenu mon équipe. Mais la réalité, c’est qu'ils ne m'ont jamais dit pourquoi j'étais sur le banc. Je ne savais pas pourquoi je ne jouais pas.»

Incompréhension

À la dernière saison régulière, le natif de la République dominicaine a connu plusieurs ratés. En 49 parties, il a maintenu une bien mauvaise moyenne au bâton de ,147. En éliminatoires, il n'a participé qu’à trois rencontres.

«J'ai joué le deuxième match à Cleveland, et j'ai bien joué, s’est rappelé Sanchez. Ensuite, nous sommes allés dans la bulle à San Diego. Je n'ai pas joué dans le premier match parce que je ne suis pas le receveur de [Gerrit] Cole. Après presque une semaine sans jouer, ça ne s'est pas bien passé pour moi dans le deuxième match. En fait, aucun de nous n'a bien fait dans cette partie.»

«Après cela, je pensais que j'allais jouer le lendemain, car ç'avait été un très mauvais match pour tout le monde, a-t-il ajouté. J'ai été retiré trois fois, mais j'avais l'impression de prendre de bons élans. Je me sentais tellement mieux. Mais je n'ai pas joué. Et je me suis dit: "mais que s'est-il passé?". Mais mon travail est de soutenir mon équipe. Or, à partir de ce moment, personne ne m'a rien dit. Ils m'ont seulement dit de rester prêt.»

Qu’à cela ne tienne, Sanchez espère que cette situation ne se reproduira plus et souhaite toujours aider les Yankees dans leur quête d’un championnat.

«Je ne peux pas parler pour l'équipe, mais je suis prêt à être le receveur à tous les jours, a-t-il affirmé. En ce moment, j'ai 28 ans et je ne me vois pas comme un receveur qui joue une journée ou deux par semaine. Je ne vois pas encore cela dans ma carrière. Je sais que je peux jouer et aider l'équipe des deux côtés du terrain à tous les jours.»