/news/provincial
Navigation

Les grands disparus de 2020: des monuments de l'histoire de la région de Québec nous ont quittés

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs personnages marquants, notamment en politique municipale, ont rendu l’âme au cours de la dernière année. De véritables monuments, dont les actions ont défrayé la chronique et noirci les pages des journaux pendant des décennies, se sont éteints en 2020. Ils ont tous en commun d’avoir eu de très longues carrières et ont contribué, chacun à sa façon, à marquer l’histoire de la région. Le Journal tenait à rendre hommage à ces disparus. 

Max Gros-Louis, 89 ans  

  • 14 novembre 2020   
Photo collaboration spéciale, Karl Tremblay

Connu bien au-delà des frontières du Québec, le «géant gentil» de Wendake a présidé le conseil de la Nation huronne-wendat à titre de Grand Chef pendant 33 ans, par intermittence, entre 1964 et 2008.

 Qualifié, à juste titre, de personnage «plus grand que nature», Max Gros-Louis, alias One Onti, en imposait par sa stature et son leadership pour la reconnaissance des droits et de la culture des communautés autochtones partout au pays et à l’international. 

Ambassadeur hors-pair, cet orateur exceptionnel était aussi reconnu pour son accessibilité et son sens de l’humour. 

Il a également inauguré l’Hôtel-Musée des Premières Nations en 2008 à Wendake, une attraction touristique désormais incontournable dans la grande région de Québec. 

Il laisse un héritage politique et culturel extraordinaire et a eu droit à des funérailles traditionnelles durant trois jours, en novembre dernier.  

Marcel Adams, 100 ans   

  • 11 août 2020   
Photo d'archives

L’homme d’affaires milliardaire à l’origine de la construction du tout premier centre commercial de Québec, La Canardière, et des Galeries de la Capitale, est décédé discrètement cet été.

C’est à l’âge vénérable de 100 ans que Marcel Adams, dénommé Meir Abramovici à la naissance, a rendu son dernier soupir le 11 août dernier à Montréal.

D’origine roumaine et juif, M. Adams s’est échappé des camps nazis à la Seconde Guerre mondiale, avant de s’installer au Québec. Il cofonde alors Développement Iberville, grâce auquel il devient l’un des pionniers de l’industrie des centres commerciaux au pays.

De fil en aiguille, son entreprise atteint éventuellement huit millions de pieds carrés d’espaces commerciaux au Canada et aux États-Unis. La fortune de celui qui était considéré comme le deuxième plus vieux milliardaire au monde était évaluée à 2,1 G$ canadiens. 

Jacques Langlois, 72 ans   

  • 27 mai 2020   
Photo d'archives

Une autre page de l’histoire politique de la région s’est tournée, en mai, quand le dernier maire de Beauport est décédé à la suite de complications cardiaques.

Jacques Langlois a été élu en même temps que Ralph Mercier, en 1984, et a dirigé Beauport jusqu’à son annexion avec la Ville de Québec en 2001.

Impliqué dans la nouvelle ville fusionnée, il a présidé le nouvel arrondissement de Beauport et il fut chef de l’opposition avec la défunte Action civique de Québec.

Chic type, travailleur acharné, il a continué dans le service public après son départ de la vie politique, en pilotant la Commission de la capitale nationale du Québec durant sept ans.  

Émile Loranger, 73 ans   

  • 2 avril 2020   
Photo d'archives

Maire de L’Ancienne-Lorette pendant plus de 33 ans, ce coloré personnage, pugnace, allergique à la langue de bois, n’a jamais eu peur de la controverse.

Élu neuf fois, Émile Loranger a toujours défendu bec et ongles les Lorettains, il a tout fait pour maintenir un niveau de taxation le plus bas possible et il a mené plusieurs grands combats contre la Ville de Québec, notamment celui des défusions, qu’il a remporté.

Il n’aura cependant jamais eu l’occasion de voir la conclusion de la saga juridique au sujet de la facture de la quote-part d’agglomération.

Sa croisade s’est transportée en Cour d’appel, et l’audition est prévue en 2021.

Âgé de 73 ans, il est décédé subitement, en cours de mandat, à la suite de complications cardiaques.

Deux jours plus tôt, il présidait une séance du conseil à l’hôtel de ville. 

Ralph Mercier, 83 ans   

  • 13 février 2020   
Photo d'archives

Atteint d’un cancer de la prostate, le dernier maire de Charlesbourg s’est bien battu pendant plus de deux ans, mais il a fini par perdre son combat contre la maladie.

Homme dévoué, proche de ses citoyens et très impliqué dans le secteur communautaire, il a dirigé l’ancienne Ville de Charlesbourg à partir de 1984 jusqu’à sa fusion avec la Ville de Québec en 2001.

Il a ensuite vécu la transition et il fut même le bras droit d’Andrée Boucher de 2005 à 2007 à l’hôtel de ville de Québec.

Figure marquante de la politique municipale durant 25 ans, il a également présidé l’Union des municipalités du Québec au début des années 90.