/opinion/columnists
Navigation

Les faits marquants de l’année à Québec

Coup d'oeil sur cet article

Encore cette année, l’actualité municipale s’est avérée des plus riches en rebondissements, avec d’importants projets en cours de réalisation. Voici un tour d’horizon des moments marquants, à l’aube d’une année électorale qui pourrait être marquée par bien des rebondissements.

Au banc des punitions

Geneviève Guilbault
Photo Agence QMI, Simon Clark
Geneviève Guilbault

Jamais on n’avait vu auparavant des élus de la région devenir les principaux obstacles à un important projet pour la région. C’est pourtant le cas avec celui du réseau de transport structurant, dont le tramway est la pièce maîtresse, plus important projet de l’histoire de Québec. La ministre Geneviève Guilbault, qui agit comme responsable de la région de la Capitale-Nationale, s’est inscrite en porte-à-faux dans ce dossier à de multiples reprises. Elle est même allée jusqu’à proposer de couper une portion du tracé dans sa propre circonscription de Louis-Hébert. Puis, aucun élu caquiste de la région ne s’est levé pour manifester un quelconque appui au projet en 2020. 

Retiré sur trois prises

Le trambus abandonné
Photo courtoisie, Ville de Québec
Le trambus abandonné

Les tentatives de la Ville de Québec de mieux expliquer son projet de réseau de transport structurant ont encore échoué à de multiples reprises cette année. L’abandon du trambus et son impact auraient dû être mieux expliqués, tout comme l’importance du projet pour la région, et ce, malgré la pandémie. La Ville a également fait mauvaise figure lors des audiences publiques du BAPE, en donnant l’impression de manquer de transparence et d’être de mauvaise foi par moments. 

Coup de circuit

Gaétan Pageau
Photo Didier Debusschère
Gaétan Pageau

Après avoir accordé leur confiance pendant près de 40 ans au maire Émile Loranger, décédé subitement au printemps, les citoyens de L’Ancienne-Lorette ont choisi pour lui succéder... son principal opposant au conseil, Gaétan Pageau. Au terme d’une élection longue et compliquée, en raison de la COVID, M. Pageau a surpris en l’emportant avec une large majorité des voix (55,8 %), loin devant ses adversaires. Le nouveau maire est aussi le fils du prédécesseur de M. Loranger, Marcel Pageau, qui a dirigé la Ville pendant 15 ans. 

Mention spéciale

Régis Labeaume
Photo Stevens LeBlanc
Régis Labeaume

« Commencez donc maintenant à installer vos décorations de Noël pour faire en sorte que les enfants, quand ils sortent un peu le soir, sentent un peu de féerie », a lancé le maire Régis Labeaume à la population le 23 octobre. En réaction à cette invitation, j’écrivais cet automne que c’est à travers les choses simples qu’on peut apprécier les petits bonheurs de la vie. Cette idée en représente une belle évocation. Le maire devrait maintenant suggérer aux citoyens de conserver les lumières plus tard après les Fêtes, cette fois afin d’amener un peu de couleurs dans cette période sombre par sa nature, mais aussi en raison du contexte de pandémie.

Coup de théâtre

François Legault
Photo Stevens LeBlanc
François Legault

Au début de l’année 2020, on apprenait que le projet de troisième lien entre Québec et Lévis ne passerait plus à l’est, mais qu’il relierait plutôt les deux centres-villes. Un an plus tard, force est de constater que le gouvernement Legault n’a toujours pas présenté plus de détails sur le projet, notamment sur les coûts, le tracé et l’échéancier. On souhaite aussi arrimer le troisième lien avec le futur tramway de Québec. Bien que ce souhait paraisse logique, il suppose aussi des délais pour ce dernier projet, qui, au contraire du troisième lien, bénéficie déjà d’un financement de la part des gouvernements fédéral et provincial. Vivement qu’on en sache davantage sur le troisième lien en 2021.

La patate chaude

Après l’abandon du pôle d’échange ouest relié au Phare, ce dernier projet évalué à 755 millions est lui aussi tombé à l’eau. L’idée de Michel Dallaire de construire une tour de 65 étages à l’entrée de Québec, la plus haute à l’est de Toronto, recueillait au départ un fort appui populaire. Un sondage Léger-Le Journal avait en effet démontré un appui de 72 % en 2015. Le projet était toutefois tributaire du réaménagement de la tête des ponts, dont les plans n’ont toujours pas été rendus publics, et du projet de tramway, qui a subi plusieurs modifications depuis. Un nouveau promoteur montréalais, COGIR, envisage maintenant la construction de quatre tours, dont la plus haute pourrait atteindre 53 étages. 

Déception

Tout comme l’an dernier, le dossier de la peinture du pont de Québec traîne en longueur, et ce, malgré les promesses des libéraux fédéraux de régler le dossier. Le négociateur spécial Yvon Charest a bien déposé son rapport cette année, dans lequel il recommande le rachat du pont par le fédéral, mais, depuis, c’est le silence radio de la part du gouvernement Trudeau. Cette figure emblématique de Québec, joyau patrimonial et historique de la région, mérite mieux comme traitement. 

Pétard mouillé

Gilles Lehouillier
Photo Stevens LeBlanc
Gilles Lehouillier

Quelle étrange idée que celle évoquée par le maire de Lévis pour transformer le parc des Chutes de la Chaudière en « Village Valcartier » avec un hôtel souterrain... Non pas que le Village Vacances Valcartier ne représente pas un concept intéressant, bien au contraire. Mais de penser à une telle offre dans un contexte qui aurait pour effet de dénaturer l’un des plus beaux parcs de Lévis paraît insensé. Des groupes de citoyens n’ont d’ailleurs pas tardé à se manifester pour dénoncer les visées du maire Gilles Lehouillier, qui s’est depuis ravisé et promet de respecter l’intégrité du parc.

Mise en échec

Le projet Laurentia
Photo courtoisie
Le projet Laurentia

Le projet de terminal de conteneurs en eau profonde du Port de Québec, baptisé Laurentia, a soulevé la controverse en 2020. Après le rapport préliminaire de l’Agence d’évaluation d’impact du Canada, qui a conclu à des effets environnementaux négatifs importants pour le projet Laurentia, le ministère de l’Environnement du Québec s’est inquiété à son tour d’enjeux majeurs reliés à sa réalisation. Le projet continue par ailleurs de susciter beaucoup de préoccupations tant chez les citoyens que dans les organismes du milieu, comme l’a relevé le ministère. Le Port a pour sa part commandé un sondage démontrant qu’une majorité de citoyens ont une opinion favorable envers le projet, mais encore faut-il voir ce que dit la science par rapport à ses impacts. 

Saisir la balle au bond

Situé dans un magnifique bâtiment, le Grand Marché de Québec a eu le malheur d’ouvrir ses portes moins d’un an avant la pandémie. Certes, la situation n’a pas aidé à assurer le dynamisme des lieux, mais il y aura certainement moyen de faire mieux en 2021. Les producteurs y sont trop en retrait, alors que ce sont eux qui font l’ambiance du marché. Il faut trouver moyen de mieux les intégrer. De plus, il faudrait plus d’animation et d’ateliers, comme on le promettait lors de l’élaboration du projet. Si l’on veut que les gens adhèrent en grand nombre, même si le marché n’est plus situé dans le Vieux-Port, il faut leur donner tout plein de raisons de se déplacer. On semble avoir perdu de vue ce point pourtant primordial.