/weekend
Navigation

Nos 25 chansons anglophones favorites de 2020

Coup d'oeil sur cet article

La plupart d’entre eux ont fait vibrer la planète. D’autres demeurent des secrets bien gardés que nous vous invitons à découvrir. Voici les vingt-cinq chansons anglophones, d’ici et d’ailleurs, que nous avons écoutées sans relâche en 2020. 

• À lire aussi: Nos 25 chansons francophones favorites de 2020

• À lire aussi: Les meilleurs albums de l'année : notre équipe se prononce

Cédric Bélanger 

Over Me, Beyries

Elle a du Florence and the Machine dans le nez, cette mélodie à l’immense refrain galvanisant. La Montréalaise Beyries propose ici du pop-rock aux arrangements ambitieux comme on voudrait en voir plus souvent au Québec.

Renegade Breakdown, Marie Davidson et L’Oeil nu

La reine montréalaise de l’électro Marie Davidson et ses compères de l’Oeil nu ont beau clamer haut et fort qu’ils ont tourné le dos aux planchers de danse sur leur nouvel album, cette enivrante rencontre techno-pop-prog entre Mylène Farmer, Pink Floyd et Daft Punk, donne justement le goût de se déhancher.

Cardigan, Taylor Swift

Hormis de rares titres, l’œuvre de Mme Swift me laissait au mieux indifférent. Jusqu’à ce que je tombe sur cette apaisante ballade pop-folk de facture indie. S’il existait un prix pour la réinvention musicale de l’année, Tay Tay ajouterait un autre trophée à son imposante collection. 

Blinding Lights, The Weeknd

Pour reprendre la formule judicieuse d’un chroniqueur du New York Times, A-ha rencontre Michael Jackson sur cette irrésistible bombe pop.

Shook, Tkay Maidza

Le meilleur single entendu cette année. Robuste et addictif, ce feu d’artifice de moins de trois minutes met de l’avant le sens de la mélodie et le flow impeccable de cette jeune rappeuse australienne. 

Raphaël Gendron-Martin 

Don’t Start Now, Dua Lipa

Dua Lipa a sorti le meilleur album pop de l’année, avec Future Nostalgia. Chaque pièce est une petite bombe en soi et il n’y a aucun morceau bouche-trou. J’aurais donc pu choisir n’importe lequel des onze titres de l’album, mais j’ai décidé d’y aller avec le plus important : Don’t Start Now. Comptant plus de 1,2 milliard d’écoutes sur Spotify, le morceau marquera assurément l’année 2020, et place Dua Lipa parmi les plus grandes vedettes pop de la planète.

The Adults Are Talking, The Strokes

N’ayant pas sorti d’albums depuis sept ans, les New-Yorkais sont revenus à la charge avec un disque qu’on n’attendait plus. En plus de la contagieuse Bad Decisions, qui a des airs de I Melt With You, de Modern English, la bande de Julian Casablanca nous sert du bon vieux Strokes classique avec The Adults Are Talking.

Take Me Home, Country Roads, Whitney

Que j’aime ce groupe originaire de Chicago ! Sur leur album de reprises, Candid, les musiciens se sont attaqués à un monument de la chanson country américaine : Take Me Home, Country Roads, de John Denver. Avec la collaboration de Waxahatchee, le résultat est sublime.

Photo courtoisie, Olivia Bee

Instant Nightmare, The Dears

Coup de cœur instantané pour ce morceau du groupe montréalais qui est revenu en force avec son nouvel album, Lovers Rock.

Borderline, Tame Impala

Trois albums en carrière, trois réussites. Le groupe australien ne connaît pas l’échec depuis ses débuts et avec la pièce Borderline, il nous livre l’une de ses meilleures compositions en carrière. Du grand Tame Impala. 

Sandra Godin 

Starting Over, Chris Stapleton

Quand on est aussi éprise du répertoire musical d’un artiste, on se demande toujours si on aimera autant la prochaine œuvre que les précédentes. Mais le quatrième album de Chris Stapleton n’a rien pour me décevoir. J’aurais pu citer sa reprise à fleur de peau de Joy of My Life ou la robuste Arkansas, mais avec ces superbes envolées qui nous donnent envie de partir en cavale, Starting Over s’impose déjà comme un classique. 

We Collided, David Laflèche

J’ai été happée par la beauté et de cette toute première chanson folk de David Laflèche, guitariste respecté qui révèle pour la première fois le grain de sa voix douce, aussi chargée d’émotions que sa plume. Quand on connaît son bagage de musicien, il n’y a rien d’étonnant qu’il nous livre une première pièce aussi aboutie. Vivement un album complet.

Seize The Day, Paul McCartney

Quel beau cadeau que ce dernier album de McCartney, arrivé en renfort au terme d’une année maussade. Créé en confinement dans la liberté la plus totale, cet album sidérant à l’habillage quelque peu expérimental est d’une richesse musicale extraordinaire. Coup de cœur pour la « beatlesque » Seize the Day, un vrai bijou mélodique.

Therefore I Am, Billie Eilish

Elle n’était pas qu’un feu de paille. Après un premier album acclamé – et c’est peu dire –, l’inclassable jeune star impose encore son originalité avec ce morceau au groove diablement efficace, annonciateur d’un deuxième album tout aussi prometteur.

Water Down The Whiskey, Matt Lang

Ce serait incohérent de ne pas inclure dans ce palmarès une pièce d’un des albums qui a le plus joué dans mes oreilles cette année. Le rythme accrocheur de cette pièce taillée sur mesure pour la scène m’a replongée dans l’ambiance exaltante des shows de Matt Lang. Un baume en attendant les retrouvailles. 

Bruno Lapointe 

Something In Your Eyes, Steps

Besoin d’un antidote à la grisaille et la morosité de la pandémie ? Le quintette britannique nous l’a offert sur un plateau d’argent. Son titre ? Something in Your Eyes, un délicieux bonbon pop vitaminé. Mais attention. Il peut créer une (forte) dépendance.

Infinite Things, Paloma Faith

Seule Paloma Faith pouvait incarner à la fois toute la désillusion et l’espoir suscités par l’année qui s’achève, et ce, à l’intérieur d’une seule et même chanson. C’est doux. C’est beau. Et ça fait du bien.

Falling, Harry Styles

La preuve est faite. Harry Styles s’est complètement affranchi de son passé, délaissant la pop formatée de (feu) One Direction pour une nouvelle approche, infiniment plus personnelle, nuancée et riche. Falling en est l’exemple parfait, le chanteur dévoilant sa pudeur, une grande vulnérabilité qui tranche joliment avec l’exubérance de son personnage.

Crying At The Discotheque, Sophie Ellis-Bextor

Décidément, une nouvelle vague disco a balayé la planète cette année. Sophie Ellis-Bextor l’a surfée avec brio, nous faisant danser dans nos salons (pandémie oblige !) avec Crying at the Discoteque.

Passive Agressive, Charlotte Cardin

Charlotte Cardin sait comment nous tenir en haleine. Déposant ses nouvelles pièces au compte-gouttes sur les plateformes d’écoute, la chanteuse a frappé fort (très fort, même) chaque fois, mais encore davantage avec Passive Agressive. Et avec un premier album finalement attendu dans les prochaines semaines, ses « Hallelujah, baby ! » sont particulièrement appropriés. 

Yves Leclerc 

Shot in the Dark, AC/DC

Les « riffs » de guitare d’Angus Young, le retour de la voix très éraillée de Brian Johnson : l’arrivée de ce simple totalement inattendu et inspiré a eu l’effet d’une bonne vitamine dont on avait grandement besoin en temps de pandémie. AC/DC ne réinvente pas la roue et c’est très bien ainsi.

Heart Of An Animal, The Dears

J’avais un peu, au fil des années, perdu de vue les Dears. Cette chanson, qui ouvre l’album Lovers Rock et qui est constituée de trois segments musicaux qui s’imbriquent, est rapidement devenue ma chanson préférée de l’été 2020. Une énorme bombe. 

End of the Attention Span, Armored Saint

Eux, je ne croyais pas qu’ils étaient toujours en vie. Jusqu’à ce que je tombe, par hasard et à ma grande surprise, sur cette petite bombe de métal mélodique et pleine d’énergie surgie de nulle part et qui a amené un large sourire sur mon visage.

12 Things I Forgot, Steven Wilson

J’avoue. Je suis un fan fini de Steven Wilson. J’ai une connexion avec tout ce qu’il fait et cette chanson de l’album Personal Shopper, qui paraîtra en janvier, est un petit bijou. Une mélodie et un refrain accrocheur et addictif. J’adore et elle a énormément joué en décembre.

Air Ali, Naya Ali

Ma réaction a été immédiate dès que j’ai entendu cette chanson pour la première fois sur les ondes radio. C’est qui ? C’est quoi ? Un flow aérien et une bonne rythmique. En plein le genre de hip-hop qui vient me chercher.