/entertainment/shows
Navigation

Scandales sexuels au Québec: 2020, une année de dénonciations

Coup d'oeil sur cet article

Avant que se tiennent et ne prennent fin deux des plus attendus procès de l’année – ceux de Gilbert Rozon et d'Éric Salvail –, une tempête de dénonciations concernant des abus sexuels a déferlé comme jamais sur la planète du «show-business» québécois pendant l’été. Le mois de juillet s’est durement abattu sur plusieurs vedettes. 

Face à la justice  

Gilbert Rozon  

Photo Martin Alarie

Les dernières semaines auraient pu être catastrophiques pour l’ex-magnat de l’humour déchu. En novembre, la Cour suprême a anéanti les espoirs du collectif de femmes Les Courageuses, qui accusait le fondateur de Juste pour rire d’être un prédateur sexuel et souhaitait entamer un recours collectif de plus de 10 millions $ contre lui. Mené par la comédienne Patricia Tulasne, le groupe n’a pas réussi à se faire entendre auprès de la Cour suprême du Canada. À la mi-décembre, alors accusé de viol et d’attentat à la pudeur par Annick Charette pour des événements survenus en 1980, dans les Laurentides, le sexagénaire a une fois de plus obtenu gain de cause, sa culpabilité ne pouvant être prouvée hors de tout doute raisonnable.

Éric Salvail  

Photo Pierre-Paul Poulin

Depuis quelques années, Éric Salvail vivait avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Plusieurs personnes avaient décrié ses nombreux gestes sexuels déplacés. Puis, un plaignant, Donald Duguay, a décidé de le traîner en justice pour agression sexuelle, harcèlement et séquestration, pour des actes (commentaires à caractère sexuel, touché aux fesses) commis en 1993. En février dernier, l’animateur et producteur déchu a décidé de prendre les choses en main, demandant d’obtenir un procès uniquement devant juge, et donc sans la présence d’un jury, ce qui lui a été accordé. Après avoir livré leur version des faits, les principaux intéressés n’ont pas été crus par le juge. Ce dernier a notamment justifié l’acquittement de l’artiste en mentionnant que le plaignant aurait exagéré en livrant sa version des faits. Le nom d’Éric Salvail a donc été blanchi.

Éric Lapointe  

Photo d'archives, Ben Pelosse

À la fin du mois d’octobre, un an après avoir fait la manchette, l’affaire Éric Lapointe s’est conclue. Accusé par une femme de l’avoir violentée lors d’un party l’an dernier, le rockeur a exprimé des remords. Ses aveux ont été suffisamment convaincants pour le juge responsable du dossier, qui a convenu de lui accorder une absolution, lui permettant du même coup d’éviter un casier judiciaire, une amende et une peine d’emprisonnement. Celui qui a quitté son poste de coach à La Voix dans cette tourmente, en 2019, a reconnu avoir un problème d’alcool et a entamé un suivi avec une psychosociologue. Cette histoire derrière lui, Éric Lapointe a choisi de présenter un spectacle virtuel, le 27 décembre, pour souligner le temps des Fêtes comme il le fait chaque année.

Goûchy Boy  

PHOTO COURTOISIE

Dans la mire du Service de police de l’agglomération de Longueuil depuis plusieurs mois, le comédien Goûchy Boy a été arrêté deux fois par les autorités relativement à des accusations d’agression sexuelle, de harcèlement criminel et de séquestration à l’endroit de femmes. Celui qu’on a pu voir en tant qu’imposant gardien de prison dans la série Unité 9 – et dont le vrai nom est Chijoke Onyechekwa Ugochukwu – aurait commis divers actes répréhensibles à Brossard au cours des dernières années. En septembre, la police de Longueuil a même demandé au public de l’aider à retrouver d’autres victimes potentielles. Le dossier de l’acteur devrait revenir devant le tribunal le 1er février prochain.

Emportés par la vague  

Maripier Morin  

Photo d'archives, AGENCE QMI (TOMA ICZKOVITS)

Le bal des dénonciations à caractère sexuel a été lancé au début du mois de juillet par Safia Nolin. Sur Instagram, la chanteuse a publié un message dans lequel elle racontait avoir été agressée, dans un bar, en 2018, par «une des femmes les plus populaires de la TV au Québec», Maripier Morin. Celle-ci l’aurait mordue à une cuisse et lui aurait tenu des propos sexuels et racistes déplacés. Maripier Morin s’est excusée, avouant ne pas avoir reconnu qu’elle franchissait alors une limite. Elle a aussi dit avoir besoin d’aide et a opté pour un retrait temporaire de la vie publique. Mais le mal était déjà fait : adieu les contrats avec les compagnies Blush, BonLook et Buick Canada, et au revoir les diverses émissions qu’elle animait, comme Mais pourquoi ?, à Z. D’abord retirée de l’offre du Club illico dans la foulée, la série La faille est réapparue quelques jours plus tard, après des frustrations du milieu de la télé exprimées sur le web. En octobre, Maripier s’est manifestée sur Instagram, parlant de «prise de conscience» et de «chemin difficile». En décembre, le nom de l’actrice a été confirmé au sein de la distribution de la deuxième saison de La faille, où elle reprendra son rôle de Sophie Taylor, auprès de ses partenaires Isabel Richer et Alexandre Landry, entre autres.

Bernard Adamus  

PHOTO D'ARCHIVES

Le cas de l’auteur-compositeur-interprète a entraîné beaucoup de dommages collatéraux. Dénoncé sur le web, Adamus a présenté ses excuses pour avoir commis des gestes déplacés, avouant que sa consommation d’alcool a bien souvent mené à de fâcheux événements. La réaction de son étiquette de disques, Dare To Care, ne s’est pas fait attendre. Résultat : une collaboration immédiatement rompue entre l’entreprise et le chanteur. De plus, le président de la compagnie, Eli Bissonnette, a démissionné de ses fonctions, reconnaissant avoir failli à ses responsabilités dans cette affaire.

Yann Perreau  

Photo d'archives Stevens Leblanc

Parmi les premiers artistes visés, Yann Perreau a fait son mea culpa sur les réseaux sociaux concernant une histoire de harcèlement sexuel. Il n’est pas passé par quatre chemins et a pris la décision de s’accorder du repos, tout en précisant qu’il allait demander du soutien. Les conséquences n’ont pas été longues à arriver : la maison de disques Bonsound s’est dissociée de lui, tout comme Hôtel Particulier, qui gérait sa carrière.

David Desrosiers  

Photo d'archives, AFP

Le 10 juillet, pendant que déferlaient toutes les allégations, le bassiste de Simple Plan a pris la parole sur Instagram pour s'excuser du tort qu’il a pu causer à des femmes. Il a décidé de s’éloigner de son groupe pour une période indéterminée. À 39 ans, il a également reconnu avoir besoin d’aide et a choisi d’aller en chercher.

Alex Nevsky  

Photo d'archives

Avant même que son nom ne soit cité, Alex Nevsky a pris les devants et publié sur Instagram, à l’été, un long message dans lequel il a fait des excuses pour avoir mal agi dans sa relation avec une ancienne flamme, dont on a rapidement déduit l’identité : Stéphanie Boulay, la moitié des soeurs Boulay. Nevsky a lui-même parlé d’une «relation abusive», dans laquelle il aurait usé de chantage émotif, d’attentes irréalistes face à la sexualité et de «coercition sexuelle». Ses aveux ont mené à sa suspension par la compagnie de disques Musicor. Or, l’année 2020 se termine sur une note de bienveillance, tant pour Alex que pour Stéphanie, car tous deux ont révélé s’être réconciliés, dans une publication commune sur Instagram, à la mi-décembre. Les ex se sont, semble-t-il, reparlé depuis juillet, ont entrepris ensemble une démarche réparatrice et ont fait la paix.

Kevin Parent  

PHOTO D'ARCHIVES

Kevin Parent ne s’est pas caché, en juillet dernier, quand son nom a circulé sur le web pour des inconduites sexuelles alléguées : il a avoué avoir commis plusieurs «erreurs» et fait moult «niaiseries» dans sa vie, mais a dit toutes les assumer. L’agence Preste a décidé de rompre ses liens avec lui. Dans la foulée, le Gaspésien a dû annuler des concerts.

Julien Lacroix  

PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

Ce mois de juillet maudit n’était pas terminé que ce fut au tour de Julien Lacroix de devoir répondre de ses actes. Ciblé par des allégations d’inconduites sexuelles émanant de son ancienne petite amie et de plusieurs autres femmes, il a perdu l’appui de son agence, le Groupe Phaneuf. L’humoriste s’est manifesté deux fois sur Facebook, au début de cette histoire, en présentant ses excuses et en mentionnant qu’il devait se tourner vers l’introspection pour voir plus clair dans son comportement. L’artiste a plus tard vu son nom être rayé de la liste des finalistes des prix Gémeaux et les dates restantes de sa tournée, Jusqu’ici tout va bien, être annulées.