/news/coronavirus
Navigation

Un probiotique québécois à l’étude pour alléger les symptômes de la COVID-19

Une solution développée pour soulager la sinusite permettrait de réduire les symptômes du virus

Le Dr Martin Desrosiers, du CHUM
Photo courtoisie, CHUM Le Dr Martin Desrosiers, oto-rhino-laryngologiste et chercheur au Centre hospitalier universitaire de Montréal, montre la trousse de traitement en vaporisation nasale qui contient des probiotiques. Elle permettrait de réduire les symptômes de la COVID-19.

Coup d'oeil sur cet article

Un probiotique naturel, peu dispendieux et entièrement fabriqué au Québec pourrait être la clé pour alléger les symptômes de la COVID-19 et pourrait peut-être même agir en prévention en empêchant l’infection.

• À lire aussi: COVID-19: la fin de la pandémie en 2021?

« C’est une solution qui est intéressante, très prometteuse, originale et de conception 100 % québécoise », s’enthousiasme le Dr Martin Desrosiers, oto-rhino-laryngologiste et chercheur au Centre hospitalier universitaire de Montréal (CHUM). « C’est une histoire qui est intéressante et qui a un réel espoir de fonctionner. » 

Ce remède, Probiorinse, est une solution d’irrigation du nez et des sinus avec probiotiques, d’utilisation aussi simple que les vaporisateurs d’eau saline vendus en pharmacie.  

Le Dr Desrosiers et son équipe postulent qu’il réduit les symptômes de la COVID-19. Un allègement des symptômes signifie aussi une baisse des hospitalisations et des cas graves, prévoit Martin Desrosiers. Et si on arrive à démontrer l’effet sur les symptômes, l’étape suivante est de viser l’utilisation du vaporisateur en prévention. 

Préparer au virus

« Si tu peux traiter la maladie, tu peux avoir une prévention avec ça. Et notre idée, c’est qu’en stimulant le système immunitaire [...] il pourrait faire mieux de la prévention parce que les gens seraient préparés à faire face à un intrus. » 

Le Dr Desrosiers, médecin en première ligne, assure qu’il en prend lui-même « religieusement ». « C’est tellement beau, bon, pas cher ! Ça fait deux ans qu’on en vend partout à travers l’Amérique du Nord. Il n’y a jamais eu un problème de sécurité. » 

Pour lui, si cela fonctionne, fabriquer massivement un probiotique est faisable au Québec au coût de moins d’un cent par dose.  

Remède pour la sinusite

Probiorinse a été d’abord conçu pour soulager la sinusite chronique. « On a été les premiers au monde en 2009 à publier, avec des techniques d’ADN, que c’était l’absence de bactéries saines dans les sinus qui faisait que les gens étaient malades. Ç’a été une révolution. » Avec un collègue microbiologiste, l’équipe du CHUM a découvert que rincer les sinus deux fois par jour pendant deux semaines avec une solution qui contient un probiotique aide à réduire les symptômes de la sinusite. 

Au début de la pandémie, quand Martin Desrosiers s’est retrouvé à devoir cesser toute opération chirurgicale parce que les hôpitaux avaient procédé à un délestage massif, son équipe et lui se sont demandé si leur trouvaille pourrait aider à soulager les symptômes de la COVID-19.  

« Quand il n’y a pas de solution, il faut en trouver, dit-il. On a regardé la pathologie du COVID pour comprendre qu’il est finalement comme n’importe quel autre virus. Ce qu’il fait, c’est qu’il endort le système immunitaire au début de l’infection pour pouvoir se cacher et se reproduire. » 

Résultats prometteurs

C’est là que le probiotique entre en jeu. En le vaporisant dans les sinus au tout début de la maladie, on vient stimuler une réponse immunitaire qui va amener la destruction du virus. 

Les premiers résultats sont prometteurs : c’est « sans danger » et on note une diminution des symptômes. Le Dr Desrosiers cherche toujours des volontaires dans la région de Montréal pour tester son produit, qui est livré directement à la porte.  

Le médicament fait toujours l’objet d’un essai clinique dont les résultats seront connus d’ici la fin février. 

Pour faire partie de l’étude, il faut écrire au etudesinus@gmail.com. Le vaporisateur est en vente sur le site probiorinse.ca

Ce qu’en pense le doc Béliveau  

Même si le nez est la porte d’entrée du virus, on ne s’est pas beaucoup intéressé jusqu’à maintenant à la réponse immunitaire présente au niveau de la muqueuse nasale. Cette immunité de première ligne est différente du système immunitaire général, entre autres par la sécrétion d’une forme particulière d’anticorps, les IgA, dont le rôle est de neutraliser les agents pathogènes dès leur entrée. Étant donné que les probiotiques sont connus pour exercer un effet positif sur la fonction immunitaire, il sera intéressant de voir si ces bactéries peuvent améliorer nos défenses nasales contre le virus.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres