/news/coronavirus
Navigation

Système de santé sous pression: «Ça ne dérougit pas»

Coup d'oeil sur cet article

Le système de santé québécois entame l’année 2021 sous pression, la province ayant connu, jeudi, un nouveau sommet de cas de COVID-19 en 24 heures.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

• À lire aussi: Les hôpitaux sous pression: pas d’autre choix que de se préparer au point de rupture

• À lire aussi: Hospitalisations: dépassement «vraisemblable» d’ici trois semaines à Montréal

«Déjà, on voit le système de soins sous tension, ça ne dérougit pas», observe la Dre Cécile Tremblay, microbiologiste-infectiologue au Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM). 

Cette dernière soutient qu’une nouvelle hausse des cas est inévitable après le temps des Fêtes. 

«Elle va arriver, cette résurgence de cas, on n’a même pas fini le congé des Fêtes et les célébrations du jour de l’An, hier. On sait qu’il y a des gens qui ne respectent pas les consignes. Et, déjà, on voyait une hausse de cas phénoménale, donc, à mon avis, on n’y échappe pas», dit-elle. 

Cette augmentation des cas est une bien mauvaise nouvelle pour le système de santé qui, en temps normal, est déjà fort achalandé en janvier. 

«Il y a tous les autres patients dans l’hôpital, ou les autres personnes qui nous arrivent à l’urgence avec toutes sortes de problématiques, que ce soit infectieuse ou en orthopédie, avec les chutes. Donc, il y a tout le reste du surcroît de travail associé au mois de janvier, en général, qui commence à être là. Donc, on n’a pas de marge de manœuvre énormément», explique la Dre Tremblay. 

De plus, les patients atteints de la COVID-19 représentent une lourde charge puisqu’ils doivent être surveillés de très près. 

«Ces patients-là peuvent se détériorer d’une minute à l’autre. Ils peuvent être très bien et avoir à peine un peu de difficultés respiratoires et puis, une heure plus tard, on va être obligé de les intuber et de les amener aux soins intensifs», rappelle la microbiologiste-infectiologue. 

Personnel de la santé

Bien que la capacité d’occupation des lits COVID soit assez élevée dans plusieurs hôpitaux, c’est surtout le nombre d’employés du réseau de la santé qui est inquiétant. 

«La pression est surtout au niveau du personnel de la santé, pas tant au niveau des lits. C’est qu’il faut avoir suffisamment d’infirmières, suffisamment de personnel de soutien pour prendre soin de tous ces gens-là», mentionne Cécile Tremblay. 

Elle soutient que beaucoup de membres du personnel de la santé sont malades actuellement ou doivent être mis en quarantaine parce qu’ils ont été en contact avec des gens malades. 

«Donc, tout ça, ça nuit au système de santé. Ça a des répercussions au-delà du simple nombre de lits qui sont occupés par des patients COVID», explique-t-elle.  

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à jdm-scoop@quebecormedia.com

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres