/sports/fighting
Navigation

2021, l'année des grands rendez-vous?

Plusieurs combats majeurs pourraient se concrétiser

BOX-HEAVY-GBR-BUL-IBF-WBA-JOSHUA-PULEV
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’année 2020 n’a pas été évidente pour le monde de la boxe. On a eu droit à des annulations de combats en raison de la COVID-19, alors que les promoteurs ont dû être ingénieux pour convaincre les autorités de la Santé publique aux quatre coins de la planète.

Il est maintenant le temps de regarder vers l’avenir. À quoi peut-on s’attendre de l’année 2021 dans le monde de la boxe ?

Dans les premiers mois, on continuera de voir des galas à huis clos ou avec un nombre limité de spectateurs. Et ça demeurera ainsi tant que la vaccination ne sera pas avancée. Même si elle est coûteuse, la procédure des combats à huis clos a permis aux promoteurs de présenter des galas sur une base régulière depuis le mois de juin dernier. Les boxeurs ont pu se garder actifs.

Par contre, sur le plan financier, c’est loin d’être l’idéal pour les intervenants. Leur seule source de revenus a été les droits de télévision.

L’absence de spectateurs s’est fait sentir dans les derniers mois. On a constaté que la vente de billets est encore un élément important dans le budget des promoteurs. Sans compter que les spectateurs sont essentiels pour l’ambiance des événements.

Scène locale différente

Au Québec, l’année 2021 s’annonce très intéressante sur et à l’extérieur du ring.

Il y aura un nouveau joueur avec l’arrivée officielle de New Era Fighting & Promotion. Yan Pellerin a obtenu son permis de promoteur après plusieurs semaines de démarches avec la Régie. L’objectif de Pellerin sera de relancer la boxe locale. On verra ce qu’il aura à proposer aux amateurs.

Du côté d’Eye of The Tiger Management (EOTTM), plusieurs boxeurs obtiendront des duels d’envergure dans les 12 prochains mois. Pour éviter de ralentir le développement de ses boxeurs en raison des mesures sanitaires au Québec, Camille Estephan va continuer de boucler des combats au Mexique ou ailleurs pendant quelques mois. Et ce, même si les coûts sont considérables.

Finalement, chez GYM, on va continuer de miser sur une gestion responsable. Son dernier gala remonte à novembre 2019. Le promoteur Yvon Michel est tout de même parvenu à trouver des combats à certains de ses boxeurs aux États-Unis. Il se croise les doigts pour que 2021 soit plus profitable pour sa compagnie et ses boxeurs.

La vie sans Canelo

Sur la scène internationale, on a constaté que ce n’est pas tous les promoteurs qui ont les reins solides. Si Matchroom Boxing et Top Rank ont été en mesure de relancer leurs activités dès le mois de juin, ce fut beaucoup plus ardu pour Golden Boy et son président Oscar De La Hoya.

En plus de présenter seulement deux galas depuis février, ils ont dû négocier avec le départ de leur boxeur de premier plan, Saùl « Canelo » Alvarez. Un athlète qui leur permettait d’engranger des revenus importants. Ce sera intéressant de voir comment ils vont se relever dans la prochaine année.

Quel sera l’impact que leurs déboires auront sur leur lien d’affaires avec Eye of the Tiger Management ? Comme on le sait, ils sont en copromotion avec cinq boxeurs de l’écurie de Camille Estephan, qui n’est pas de nature très patiente. Un dossier à suivre.

5 combats de rêve 

Tyson Fury
Photo AFP
Tyson Fury

Tyson Fury | Anthony Joshua 

Tyson Fury | Deontay Wilder III

Errol Spence jr | Terence Crawford

Saùl Canelo Alvarez | Gennady Golovkin III

Gervonta Davis | Teofimo Lopez

› Analyse : La dernière victoire d’Anthony Joshua a ouvert la porte à un méga combat contre son compatriote Tyson Fury. Les négociations sont amorcées entre les parties impliquées. On se croise les doigts. Pour les autres duels, ils sont possibles sur papier, mais il y a encore plusieurs embûches à surmonter avant d’entendre la première cloche.

5 combats qui attireraient les projecteurs au Québec 

Artur Beterblev
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Artur Beterblev

Artur Beterbiev | Joe Smith 

Eleider Alvarez | Jean Pascal II

David Lemieux | John Ryder

Steven Butler | Patrice Volny

Oscar Rivas | Dillian Whyte II

› Analyse : Positif à la COVID-19 à la fin décembre, Beterbiev a vu son combat prévu le 30 janvier contre Adam Deines être reporté. Il pourrait avoir lieu au cours des prochaines semaines. Artur devrait en sortir victorieux. De son côté, Joe Smith a de bonnes chances de devenir champion WBO des mi-lourds contre Maxim Vlasov. Tout serait en place pour un combat d’unification explosif au printemps. Pour les quatre autres combats, on aurait droit à deux revanches qui seraient très intéressantes pour les amateurs. Pour les chocs Lemieux-Ryder et Butler-Volny, on parlerait d’affrontements de type 50-50.

2 combats coulés dans le béton 

Jean Pascal | Badou Jack II
Photo d'archives
Jean Pascal | Badou Jack II

Jean Pascal | Badou Jack II 

Marie-Ève Dicaire | Claressa Shields

› Analyse : Après de nombreux reports, Marie-Ève Dicaire va en découdre avec Claressa Shields en février. Il était temps. Pour ce qui est du deuxième choc Pascal-Jack, il ne faudrait pas se surprendre qu’il n’ait pas lieu avant le mois d’avril surtout avec la participation de Pascal à la version québécoise de Big Brother.

5 boxeurs québécois qui seront à surveiller en 2021 

Arslanbek Makhmudov
Photo courtoisie, Vincent Ethier
Arslanbek Makhmudov

De gauche à droite: Oscar Rivas, Kim Clavel, Erik Bazinyan et Sadriddin Akhmedov
Photos d'archives
De gauche à droite: Oscar Rivas, Kim Clavel, Erik Bazinyan et Sadriddin Akhmedov

› Analyse : Ces cinq athlètes ont des chances réelles d’obtenir un combat d’envergure en 2021. Chez les lourds, Makhmudov tentera de percer le top 15 mondial. Il est mûr pour obtenir un adversaire de catégorie B+ pour mesurer sa progression. Rivas est prêt à affronter n’importe qui chez les lourds. Il a seulement besoin d’une opportunité même si elle pourrait se trouver chez les bridgerweight (200 à 224 lb), la nouvelle division de la WBC. Pour ce qui est de Clavel, Bazinyan et Akhmedov, ils sont très près d’un choc d’envergure.