/sports/football
Navigation

La fin de la souffrance pour les Browns, qui assurent leur place en série

FBN-SPO-PITTSBURGH-STEELERS-V-CLEVELAND-BROWNS
Photo AFP Les réjouissances étaient de mise pour les Browns, qui vivront les séries après une sécheresse de 18 ans. C’était la plus longue disette active dans la NFL.

Coup d'oeil sur cet article

Il aura fallu attendre 18 ans. Il aura aussi fallu endurer 14 saisons avec au moins 10 défaites. Il aura fallu sept entraîneurs-chefs et huit directeurs généraux. Ce qui importe pour les partisans éprouvés des Browns, c’est que leur équipe fétiche, synonyme même de la misère depuis deux décennies, s’est enfin taillé une place en séries.

Le calvaire est officiellement terminé ! En vertu de leur victoire de 24-22 face aux Steelers, les Browns seront du tournoi éliminatoire de janvier pour la première fois depuis 2002.

À cette époque, Butch Davis était l’entraîneur-chef qui devait révolutionner la franchise. Tim Couch était le quart-arrière qui devait sauver le club. Finalement, 23 autres pivots, pas souvent recommandables, ont dû défiler avant que Baker Mayfield ne vienne redonner espoir en 2018.

C’est une attente infiniment longue. Et toute une brochette d’incompétents qui ont ravagé les rêves des fidèles de l’équipe pendant tout ce temps.

La victoire d’hier signifie la fin de longues nuits à se réveiller en sueurs après avoir revu la dernière interception de Charlie Frye. Le dernier échappé de Brady Quinn. La dernière bourde d’un état-major misant sur Brandon Weeden ou Johnny Manziel. Ou encore, le cirque grotesque qui a produit une maigre victoire en deux ans sous les ordres de Hue Jackson.

De l’adversité

Le pire, c’est que malgré la victoire, plusieurs trouveront encore à dire que les Browns ne méritent pas leur place puisque les Steelers ont donné congé à plusieurs joueurs clés. Le quart-arrière rival Ben Roethlisberger n’était pas en uniforme, tout comme les piliers défensifs TJ Watt et Cam Heyward. Le demi de coin Joe Haden a aussi raté la rencontre en raison d’une blessure.

C’est évident que la situation n’a pas nui aux Browns, mais ces derniers ont tout de même dû faire face à de l’adversité de leur côté. La COVID-19 s’est invitée dans leur environnement durant la semaine, si bien qu’ils étaient privés de six joueurs, dont l’excellent demi de coin Denzel Ward. Trois assistants entraîneurs ont aussi été contraints de rater le rendez-vous et l’équipe n’a pas été en mesure de s’entraîner à sa guise durant la semaine.

Ce n’était donc pas une victoire facile à aller chercher, contre un rival de division que les Browns n’avaient battu que deux fois à leurs 16 dernières tentatives.

Un jeu clé

Le pire c’est que les Browns s’accrochaient à une avance inconfortable de 17-9 au troisième quart, quand un héros inattendu s’est manifesté.

Le demi de coin MJ Stewart, libéré par les Buccaneers tout juste avant la saison, a réalisé l’un des jeux clés de la saison des Browns quand il a intercepté une passe de Mason Rudolph au centre du terrain. Quatre jeux plus tard, un touché au sol du receveur Jarvis Landry a donné une avance de 24-9 aux Browns.

Ceux-ci ont survécu de peine et de misère à une tentative furieuse de remontée des Steelers, qui ont réduit l’écart à deux points avec 1 min 23 s à jouer, sans toutefois réussir le converti de deux points.

Les deux rivaux de division se retrouveront donc au premier tour des séries le week-end prochain. Cette fois, les Steelers les attendront, dans le confort de leur stade, avec leur véritable arsenal. Ça promet !

Peu importe le prochain résultat, le cauchemar est fini, fans des Browns. Tout comme les milliers de dollars investis en thérapie. Votre amour propre n’est plus sali. 


GAGNANTS 

Les Rams

Les Rams passent en séries grâce à une victoire durement acquise, avec le quart-arrière substitut John Wolford aux commandes. Ils n’ont pas réussi un touché offensif, et le demi de coin Jalen Ramsey a brillé face à DeAndre Hopkins.

Les Bears

Même s’ils entrent en séries par la petite porte en vertu de leur défaite, ils y seront quand même et à partir de là tout est possible. Face aux Saints au premier tour, les réjouissances pourraient toutefois être courtes.

Derrick Henry

Le monstre a terminé avec 250 verges au sol, ce qui fait de lui le huitième porteur de ballon dans l’histoire à franchir le cap des 2000 verges en une saison. Il a transporté les siens en séries et à leur premier titre de division depuis 2008.

Les Colts

Les Colts ont obtenu leur billet pour les éliminatoires en disposant des Jaguars, brisant ainsi le cœur des Dolphins, qui avaient besoin d’une défaite des Colts pour atteindre les séries. Le porteur recrue Jonathan Taylor a été fantastique avec 251 verges au sol.

Les Ravens

Les Ravens ont aussi officialisé leur place en séries, et Lamar Jackson est devenu le premier quart-arrière dans l’histoire à connaître une deuxième saison de plus de 1000 verges au sol. Les Ravens sont en feu. 


PERDANTS 

Les Dolphins

La performance face aux Bills a été désastreuse. Tua Tagovailoa a lancé trois interceptions, dont deux qui peuvent être imputées à ses receveurs. La saison des Dolphins (10-6) n’est pas une déception, mais la conclusion l’est.

Les Cardinals

Privés de Kyler Murray une bonne partie de leur duel capital face aux Rams, les Cards ont été déclassés. Cette équipe n’a clairement pas joué du bon football en deuxième moitié de saison.

Mike McCarthy

Le pilote des Cowboys a raté une occasion flagrante de défier une décision des officiels, qui ont accordé un attrapé qui n’en était pas un à Dante Pettis. Quelques jeux plus tard, les Giants inscrivaient les points d’assurance.

Les Texans

Leur défensive est franchement embarrassante et le choix de premier tour qu’ils ont échangé aux Dolphins l’an passé sera le troisième au total du prochain encan. Miami les remercie.

Les arbitres

Tout le monde souhaite protéger les quarts-arrières, ça va de soi. Mais quand les officiels en sont rendus à appeler une punition sur un sac du quart parfaitement légal aux dépens de Kirk Cousins pour redonner une deuxième vie aux Vikings, c’est nettement exagéré.

5 jeux de la semaine 

1. INTERCEPTION PAYANTE

FBN-SPO-PITTSBURGH-STEELERS-V-CLEVELAND-BROWNS
Photo AFP

Tout juste avant la mi-temps, les Rams tiraient de l’arrière par 7-5 face aux Cardinals et leur attaque n’allait nulle part. La défensive s’est levée quand Troy Hill a intercepté une passe qu’il a retournée sur 84 verges pour le touché, qui fut le seul des Rams dans la rencontre. Ce jeu a donné les devants à la troupe de Sean McVay, qui s’est contentée par la suite d’ajouter deux placements à son coussin. Une superbe performance défensive ! 


2. UN TRIO MCKENZIE !

FBN-SPO-PITTSBURGH-STEELERS-V-CLEVELAND-BROWNS
Photo AFP

Les Bills ont explosé au deuxième quart avec quatre touchés, dont trois successifs du receveur Isaiah McKenzie. Son jeu le plus spectaculaire est survenu lorsque les Bills avaient les devants 14-3 et qu’il a explosé pour un retour de dégagement de 84 verges pour le majeur. Au passage, il a fait faire un beau tour de manège au botteur Matt Haack, qui a tourné sur lui-même avant de voir McKenzie le semer vers la zone des buts. 


3. PASSE FATALE

FBN-SPO-PITTSBURGH-STEELERS-V-CLEVELAND-BROWNS
Photo AFP

Tirant de l’arrière par 23-19 en fin de match face aux Giants, les Cowboys ont vu leurs espoirs s’évaporer quand le quart-arrière Andy Dalton a laissé flotter dangereusement une passe en situation de troisième essai et les buts. C’est le maraudeur recrue Xavier McKinney qui a saisi l’offrande avec 1 min 15 s à jouer. Belle conclusion pour McKinney, qui n’a pu disputer que cinq matchs cette saison en raison d’une blessure. 


4. ENCORE RODGERS

FBN-SPO-PITTSBURGH-STEELERS-V-CLEVELAND-BROWNS
Photo AFP

Aaron Rodgers a solidifié son emprise sur le titre de joueur le plus utile du circuit en achevant les Bears à l’aide de quatre passes de touché, pour un total de 48 cette saison. La plus sublime est survenue sur une bombe de 72 verges dans les mains de Marquez Valdes-Scantling. Ce dernier a même échappé une autre passe de touché certaine de Rodgers plus tard. Les Packers obtiennent l’avantage du terrain en séries et un congé au premier tour. 


5. QUESTION DE MILLIMÈTRES

FBN-SPO-PITTSBURGH-STEELERS-V-CLEVELAND-BROWNS
Photo AFP

Les Titans ont remporté le titre de leur division pour une première fois depuis 2008 et il s’en est fallu de peu. Les Texans avaient nivelé la marque à 38-38 avec 18 secondes à jouer, mais sur le jeu suivant des Titans, Ryan Tannehill a rejoint AJ Brown sur une bombe de 52 verges. Derrick Henry a ajouté une course de quatre verges, puis Sam Sloman a réussi le placement victorieux... en frappant d’abord l’un des poteaux. Le football est un jeu de millimètres !

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.