/news/politics
Navigation

Enquête exigée sur le recrutement pour l’armée israélienne

Enquête exigée sur le recrutement pour l’armée israélienne
MATTHEW USHERWOOD/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

De nouveaux éléments de preuve ont été présentés pour réclamer qu'Ottawa ouvre une enquête sur des allégations de recrutement illégal au Canada par Israël pour son armée.

Ces preuves semblent montrer que des tentatives de recrutement sont réalisées grâce à des organisations communautaires au Canada, ont avancé des citoyens militants par communiqué.

Ceux-ci ont donné en exemple les sites internet de la Fédération UJA du Grand Toronto et de la Fédération CJA, une des fédérations juives les plus reconnues au Québec, sur lesquels on peut retrouver un lien vers un webinaire expliquant comment rejoindre les Forces de défense israélienne. Ce webinaire était organisé par l’organisation juive Nefesh B’Nefesh qui est basée en Israël, mais qui a déjà tenu des rencontres au pays et qui possède un bureau au New Jersey qui dessert le Canada.

Ces organismes se sont toutefois défendus de tout lien avec ce webinaire. Ce dernier apparaît en ligne dans un calendrier public, assorti d'un message d'avertissement. «Ce calendrier est offert en guise de service d'information public. La Fédération UJA n'appuie pas le contenu des événements non organisés par l'UJA qui apparaissent dans ce calendrier.»

«De nombreux Canadiens sont préoccupés par le recrutement militaire israélien illégal au Canada et la GRC doit mener une enquête approfondie sur la question et porter des accusations au besoin», a déclaré un des citoyens à l’origine de cette demande, John Philpot, par communiqué, dimanche.

Une plainte adressée au ministre de la Justice du Canada, David Lametti, le 19 octobre, accompagnée par une lettre ouverte signée par des universitaires, des représentants syndicaux, des auteurs et des militants pour les droits des Palestiniens, demandait une enquête sur les rencontres que proposait le consulat d’Israël à Toronto avec les représentants des Forces de défense israéliennes (FDI).

«Un représentant de Tsahal mènera des entretiens personnels au consulat du 11 au 14 novembre. Les jeunes qui souhaitent s'enrôler dans l'armée israélienne ou toute personne qui n'a pas rempli ses obligations conformément à la loi sur le service de défense israélien sont invités à le rencontrer», selon un appel sur le site internet du consulat israélien.

Ces rencontres documentées ont été assimilées comme du recrutement pour le compte de l’armée israélienne en sol canadien.

«Non seulement le consulat a annoncé qu'il facilitait l'enrôlement dans une armée étrangère, mais il a également pris des dispositions pour que les soldats et les anciens combattants des FDI se présentent dans des écoles, des camps d'été et d'autres lieux au Canada dans le but d'inciter les gens à s'enrôler», ont déploré les militants qui rappellent qu’au Canada, il est illégal pour un pays étranger de recruter des citoyens canadiens dans son armée.

Selon eux, des statistiques des forces israéliennes montrent que quelque 230 Canadiens y ont servi en 2017.