/finance/business
Navigation

Couvre-feu: les supermarchés et les dépanneurs devront fermer plus tôt

Frédérick Vallée
Julien McEvoy Frédérick Vallée travaille au dépanneur Provi-Max depuis 14 ans.

Coup d'oeil sur cet article

Les supermarchés, les commerces encore ouverts ainsi que les dépanneurs sans service d’essence devront fermer leurs portes à 19h30 en raison du couvre-feu qui sera imposé dès samedi à travers la province.  

• À lire aussi: Couvre-feu pour un mois: les Québécois assignés à domicile de 20h à 5h

• À lire aussi: Retour en classe: 11 janvier au primaire, 18 janvier au secondaire

• À lire aussi: Qui pourra circuler pendant le couvre-feu?

Le nouveau plan de confinement du gouvernement Legault prévoit que les dépanneurs avec un service d’essence ainsi que les pharmacies pourront toutefois maintenir leurs activités durant le couvre-feu avec certaines restrictions.   

Les dépanneurs ouverts devront, par exemple, se limiter à vendre du carburant, de la nourriture et des produits en lien avec les véhicules. Le couvre-feu s'échelonnera de 20h à 5h.  

Les grandes chaînes comme Costco, Walmart et Canadian Tire devront également réduire les heures d’ouverture de leurs succursales. Elles devront toujours se limiter à la vente de produits essentiels.   

Les employés de soir et de nuit dans les commerces touchés pourront continuer de placer de la marchandise sur les tablettes.   

Pour les commerces non essentiels déjà fermés, Québec prolongera le confinement jusqu’au 8 février.    

«Il va falloir vivre avec. C’est toute la population qui va être affectée par ce couvre-feu. Je pense que les propriétaires de dépanneurs vont être capables de s’ajuster. C’est pour un temps limité», dit le DG de l’Association des marchands dépanneurs et épicier du Québec, Yves Servais.  

Impacts majeurs

Le nouveau confinement aura toutefois des impacts majeurs sur plusieurs travailleurs. On parle d’une diminution du nombre d’heures, voire des mises à pied.    

Frédérick Vallée s’occupe du quart du matin au dépanneur Provi-Max situé à l’intersection des rues des Carrières et Chabot, à Montréal, depuis 14 ans. «Je ne perdrai pas d’heures de travail, mais ce ne sera pas le cas pour mes deux collègues du soir, qui, elles, vont en perdre beaucoup».   

Ces deux employés ne devraient toutefois pas perdre d’argent, puisque le propriétaire du dépanneur va continuer à payer tout le monde à temps plein. Il avait fait la même chose en mars, quand il avait réduit ses heures d’ouverture de quatre heures par jour (9h-21h au lieu de 7h-23h).   

«Les affaires vont vraiment bien, le chiffre d’affaires est en hausse de près de 30% depuis la pandémie», avance M. Vallée, ce que confirme son patron, qui préfère ne pas être cité.   

Mais M. Vallée est aussi livreur dans un autre dépanneur, où son travail sera amputé en raison du couvre-feu. «Je vais perdre au moins quatre heures par semaine, ça fait moins d’argent et c’est sûr que ça me fait chier!» lance-t-il.   

Chez Couche-Tard, l’entreprise «s’assurera de fournir les documents nécessaires à ses employés afin qu’ils puissent se déplacer vers leur lieu de travail», selon la porte-parole Andréanne Jeanrie. 

Déjà en avril, Couche-Tard ainsi que Metro avaient fourni à leurs employés une preuve d’emploi afin qu’ils puissent circuler librement advenant l’imposition d’un couvre-feu. 

Ouverts les dimanches

Mercredi, le Conseil canadien du commerce de détail a assuré que les grandes chaînes d’alimentation allaient être en mesure de répondre à la demande, et ce, malgré les nouvelles restrictions. 

«L’ensemble de la chaîne de distribution alimentaire pourra continuer ses activités 24h par jour afin d’assurer des tablettes bien garnies pour les Québécois», a souligné l’organisation. 

Cette dernière invite tout de même la population à «faire preuve de civisme, de compréhension et de patience auprès des employés ainsi que des autres clients», au cours des prochaines semaines, et à déléguer une personne par foyer pour faire les emplettes. 

Contrairement au printemps, les supermarchés pourront également demeurer ouverts les dimanches. 

- Avec la collaboration de Geneviève Lajoie

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à jdm-scoop@quebecormedia.com