/finance/business
Navigation

Desjardins garde ses mesures d’allègement

Coup d'oeil sur cet article

Afin d’épauler ses membres en difficulté financière, le Mouvement Desjardins accepte encore les nouvelles demandes de report de paiements pour les hypothèques, les prêts personnels ou les cartes de crédit. 

La durée maximale de ces allègements est toutefois toujours pour une période de six mois, « pour le moment », a avancé hier au Journal la direction du Mouvement.  

Cela signifie qu’une personne ayant demandé un congé de paiement pour une période allant du printemps dernier à l’automne ne pourra pas faire une nouvelle demande, à moins d’un changement dans la politique de l’institution financière au cours des prochains jours. 

150 M$ en remises 

Lors du premier confinement, Desjardins avait également offert des remises aux détenteurs d’une prime d’assurance auto. L’institution financière de Lévis affirme avoir remis environ 150 millions $. 

« Pour l’instant, il est prématuré de répondre quant à la possibilité d’offrir un nouveau montant pour l’assurance automobile ou une deuxième demande de report de paiement », a indiqué dans un courriel la porte-parole de la coopérative Chantal Corbeil. 

« Les reports ne sont pas toujours la meilleure solution et nous privilégions une approche-conseil afin de bien accompagner nos membres », poursuit-elle. 

Au 30 septembre dernier, Desjardins avait reçu 141 800 demandes concernant des reports de paiement de prêts sur des cartes de crédit et d’autres prêts aux particuliers. Pour les prêts hypothécaires et à la consommation, ce sont 151 600 demandes qui avaient été enregistrées.

Dans les autres institutions

Du côté de la Banque Nationale, l’institution financière a indiqué qu’elle travaillait sur une base « individuelle avec les clients touchés directement depuis l’automne ». « Nous continuons donc d’inviter les clients affectés financièrement par la crise sanitaire à nous contacter », a mentionné le porte-parole Jean-François Cadieux. 

Même discours à la Banque Laurentienne. « Nous traitons chaque situation financière comme étant unique, et des solutions adaptées sont proposées au cas par cas », a noté le conseiller aux communications Fabrice Tremblay.

Rappelons que la majorité des mesures d’allègement offertes par les institutions financières canadiennes ne prévoyaient pas de congé pour le paiement des intérêts.