/news/politics
Navigation

Legault écorche Québec solidaire pour des questions sur le couvre-feu

Legault écorche Québec solidaire pour des questions sur le couvre-feu
Photo JOSIE DESMARAIS

Coup d'oeil sur cet article

Le bureau du premier ministre François Legault reproche à Québec solidaire et à son co-porte-parole, Gabriel Nadeau-Dubois, de «laisser sous-entendre subtilement que le gouvernement souhaite réduire les libertés» en instaurant un couvre-feu.

• À lire aussi: Permis ou pas permis? Les réponses à vos questions

• À lire aussi: Couvre-feu pour un mois: les Québécois assignés à domicile de 20h à 5h

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

C’est ce qu’a indiqué jeudi, par courriel, l’attaché de presse du chef de la Coalition avenir Québec, Ewan Sauves, lorsque questionné au sujet d’un micromessage partagé mercredi soir par le compte officiel de François Legault.

  • Écoutez l'analyse de Caroline St-Hilaire avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio: 

«Pour restreindre autant la liberté des individus, il faut des justifications scientifiques solides. Québec Solidaire demande à François Legault de faire preuve de transparence et de publier l'avis de la santé publique recommandant l'imposition d'un couvre-feu», a d’abord écrit Gabriel Nadeau-Dubois sur Twitter, mercredi soir, tout juste après l’annonce du gouvernement.

Depuis des mois, tous les partis d’opposition représentés à l’Assemblée nationale demandent au gouvernement de rendre publics les avis de la santé publique sur lesquels il se base pour prendre ses décisions quant à la lutte contre la COVID-19.

Au début octobre, François Legault avait toutefois définitivement fermé la porte à la publication de ces avis. De toute façon, il n’en existe que peu de traces écrites puisque ce sont généralement des recommandations verbales, avait-il plaidé.

Le directeur des relations médias au cabinet de François Legault, Manuel Dionne, a toutefois réagi aux propos tenus par Gabriel Nadeau-Dubois, mercredi soir, en réitérant que l’imposition d’un couvre-feu était «une recommandation de la santé publique».

«De grâce, ne jouez pas dans les théories du complot», a-t-il ajouté dans ce message repris par le compte Twitter officiel du premier ministre.

Or, pour Gabriel Nadeau-Dubois, «quand l’opposition demande des justifications scientifiques pour des décisions politiques, ce n’est pas qu’on est complotiste, c’est parce qu'on pense que mieux les décisions sont expliquées, mieux elles sont justifiées objectivement, bien plus les gens suivent les règles».

D’ailleurs, «il reste encore beaucoup de questions à répondre» concernant la décision du gouvernement d’imposer un couvre-feu, a-t-il fait savoir en entrevue.

«Pendant qu’on restreint les déplacements des individus au quotidien, on laisse ouverts les secteurs manufacturiers et de la construction, pourquoi? Pourtant c’est documenté que le secteur manufacturier est un secteur important d’éclosions?» donne-t-il en exemple.