/investigations
Navigation

Communauto a négocié avec des cybercriminels

La compagnie a vraisemblablement payé une rançon, selon des experts

GEN-COMMUNAUTO-PARCO
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

L’entreprise d’autopartage Communauto a négocié avec des pirates informatiques après une cyberattaque. Tout porte à croire qu’elle a payé une rançon pour éviter de perdre des données ou de les retrouver sur le dark web.

• À lire aussi: L’ex-club de golf de Céline Dion aussi attaqué

La direction de l’entreprise n’a pas confirmé avoir effectué un paiement, mais reconnaît avoir entrepris des pourparlers avec les pirates dans un message du PDG de la compagnie à ses abonnés.

« Suite à des négociations avec les pirates, les experts ont obtenu d’eux une assurance raisonnable qu’ils auraient détruit les données auxquelles ils auraient pu avoir accès », écrit Benoît Robert.

Pour les experts qu’a consultés notre Bureau d’enquête, une telle formulation ne laisse toutefois planer aucun doute.

« Ce phrasé-là laisse entendre qu’ils ont payé, dit Patrick Mathieu, cofondateur du Hackfest et chef de la sécurité offensive pour le concepteur de logiciels LogMeIn. Ils ont négocié le prix à la baisse. »

Dans une entrevue avec notre Bureau d’enquête, le vice-président, développement stratégique chez Communauto, Marco Viviani, se contente de dire que l’entreprise était arrivée, « disons, à un bilan dommages/bénéfices acceptable ».

Acteurs de mauvaise foi

Les pirates, qui ont encrypté des données de la compagnie et verrouillé ses accès à certains serveurs, appartiennent au gang REvil/Sodinokibi.

Brett Callow, analyste des cybermenaces pour la firme d’antivirus Emsisoft, déplore que les victimes de rançongiciels accordent encore de la crédibilité aux engagements de tels criminels.

« Ces promesses sont faites par des acteurs de mauvaise foi et n’ont aucune valeur, dit-il. Des groupes comme REvil ont déjà publié des données qu’ils prétendaient avoir détruites, ou les ont réutilisées pour faire de l’extorsion. »

C’est aussi le signe que Communauto « n’avait pas de solution de reprise des activités » et qu’ils n’ont pas fait suffisamment de tests, déplore Patrick Mathieu.

Marco Viviani défend la décision de l’entreprise. Communauto n’a pas eu d’aide de la police ou des organisations de protection de la vie privée, dit-il.

« On a fait nos notifications aux autorités et après on était pas mal tout seuls. »

Les serveurs ciblés contenaient notamment des noms, des adresses civiques et des adresses courriel de membres.

L’entreprise assure que les données les plus sensibles, comme les mots de passe, les numéros de cartes de crédit et les trajets réalisés avec les véhicules, ne figurent pas parmi les données compromises.

Le gang qui a ciblé Communauto, REvil, vole les renseignements de ses cibles avant de les encrypter, puis le gang les publie en ligne si elles ne paient pas.

Communauto compte plus de 100 000 membres, dont 60 000 au Québec.


Vous avez de l’information sur la cybersécurité ? Contactez notre journaliste à hjoncas@protonmail.com ou au 438 396-5546 (cell., Signal).