/misc
Navigation

La pression est sur Julien

Pratique du Canadien
Photo Ben Pelosse Claude Julien aura grand intérêt à laisser s’exprimer ses joueurs de talent.

Coup d'oeil sur cet article

« CH » va bien aller ! Contrairement à l’épuisante ritournelle pandémique, dans le cas du Canadien, l’arc-en-ciel semble bien réel.

• À lire aussi - Price et Weber: à vos marques!

• À lire aussi - Le Canadien peut viser haut

Marc Bergevin et Claude Julien ont tour à tour placé la barre haut en point de presse cette semaine. Cette rupture de ton est salutaire. Mine de rien, le directeur général a ajouté cinq gagnants de la coupe Stanley à sa formation. 

Jake Allen représente le meilleur adjoint à Carey Price depuis Jaroslav Halak. Confinement oblige, Corey Perry est entré au camp d’entraînement après tout le monde, mais il disputera, s’il est en santé, la grande majorité des 56 matchs du calendrier condensé. Allez réécouter les déclarations de Claude Julien à son sujet pour vous en convaincre.

Joel Edmundson ne risque pas d’avoir un impact aussi grand que Ben Chiarrot à sa première saison avec l’équipe, mais son expérience lors de l’épopée des Blues en 2019 sera un atout précieux.

Tyler Toffoli a lui aussi soulevé la coupe Stanley et son flair pour dénicher les zones payantes et enfiler l’aiguille rend le tricolore plus menaçant, particulièrement en avantage numérique.

Animosité assurée

Affronter neuf ou dix fois les six mêmes adversaires durant la saison générera une surdose d’animosité. Il y aura des débordements, surtout avec un Tkachuk de l’autre bord à 19 reprises pendant la campagne.

Le CH devra faire mieux que l’an dernier avec un homme en plus, et l’addition de Josh Anderson et de Toffoli le permettra. En ce sens, même si la conquête de Michael Frolik avec les Hawks date de 2013, l’attaquant représente une excellente police d’assurance pour suppléer aux pertes sur blessures ou aux cas positifs à la COVID.  

Autrement dit, le Canadien est une bien meilleure équipe que lors de son élimination au premier tour face aux Flyers en août dernier. Une équipe désormais assez bonne pour être établie favorite de sa division. 

Diriger pour gagner

Les planètes se sont alignées à la suite des décisions judicieuses de Marc Bergevin. Dans neuf saisons normales sur dix, le CH serait une bonne équipe parmi d’autres. Dans les circonstances exceptionnelles que l’on connaît, le club peut rêver comme Cendrillon.

Profondeur, vitesse, talent, robustesse et caractère. Ces ingrédients sont essentiels à traverser le Canada de bout en bout sur 56 matchs en quelques mois. En ce sens, le CH part avec un avantage sur ses six rivaux du gros pays. 

La clé du succès sera toutefois Claude Julien. Débutant la quatrième saison d’une entente de cinq, est-ce que celui qui a gagné avec une recette appartenant davantage au passé acceptera de modifier celle-ci afin de l’amender au goût de 2021 ? Est-ce que Julien dirigera pour gagner plutôt que pour ne pas perdre ?

La nuance entre les deux options est importante bien que l’objectif soit le même : amasser des points de classement. Dans le processus et compte tenu des effectifs à sa disposition, Julien aura grand intérêt à laisser s’exprimer ses joueurs de talent. Leur plaisir n’en sera que plus grand et un groupe heureux est un groupe plus uni. Un groupe plus affamé aussi.

La saison est prometteuse, les attentes sont unanimement élevées. Claude Julien l’a eu facile depuis le début de son luxueux contrat. Toutefois, la pression est sur ses épaules.

Désormais, pour le coach, c’est « no excuses »... il doit gagner ! 

Coup de cœur  

Pratique du Canadien
Photo AFP

À Hockey USA. Personne n’a vu venir la domination des Américains dans le match de la médaille d’or du Championnat du monde de hockey junior, mardi à Edmonton. Et personne à Hockey Canada ne semble voir que d’ici 10 ans, le vrai « Miracle on Ice » sera de battre Team USA. Peut-on parler d’échec du développement canadien ? Hélas pas encore, mais faudrait y voir et vite... 

Coup de gueule  

Pratique du Canadien
Photo AFP

Aux Eagles de Philadelphie. Le coach Doug Pederson a sciemment utilisé son effectif pour causer la défaite des siens face à Washington dans le tout dernier match de la saison régulière de la NFL. C’était moins subtil qu’un éléphant dans un musée de cristal. Un comportement dégoûtant et répréhensible. 

Un p’tit 2 sur...  

Pratique du Canadien
Photo AFP

Des victoires pour Buffalo, Tampa Bay, Los Angeles, Baltimore, La Nouvelle-Orléans et Pittsburgh lors du week-end des cartes sauvages de la NFL. Six matchs en rafale aujourd’hui et demain, des affrontements excitants impliquant certains rivaux naturels. Aux Browns de me surprendre demain soir à Pittsburgh...