/weekend
Navigation

Le roman qui a inspiré la série «Virgin River»

Robyn Carr
Photo courtoisie, Michael Alberstat Robyn Carr

Coup d'oeil sur cet article

Les abonnés de Netflix ont craqué pour la série Virgin River – tant et tellement qu’une seconde saison a été annoncée. Avec raison : il est bien difficile de résister aux forêts majestueuses, au petit village pittoresque et aux personnages colorés de la série tirée des romans de Robyn Carr. L’écrivaine s’est inspirée d’un village du nord de la Californie pour écrire cette saga émouvante et teintée d’humour, Les Chroniques de Virgin River.

Dans le petit village isolé de Virgin River, où le réseau cellulaire ne se rend pas et où les gens se débrouillent tout seuls, un défi se pose. Le médecin vieillit et il a besoin d’un coup de main. La communauté a fait des pieds et des mains pour trouver une infirmière et sage-femme.

Melinda, jeune infirmière essuyant deuil après deuil, a décidé d’accepter le poste, de quitter Los Angeles et de se lancer dans sa nouvelle vie.

L’arrivée à Virgin River n’est pas de tout repos : le chalet qu’on lui réservait est un taudis sans nom, le médecin est grognon, la météo ne collabore pas et elle remet son choix en question. Jack Sheridan, un vétéran maintenant propriétaire du resto local, tente de la convaincre de poser ses valises pour de bon.

Robyn Carr est très heureuse de l’adaptation. «C’est remarquable, n’est-ce pas? Ils ont fait du très bon travail!» s’exclame-t-elle, en entrevue depuis sa maison de Las Vegas.

L’écrivaine explique qu’elle a d’abord écrit la série The Great Valley, puis une visite dans le comté de Mendocino, en Californie, l’a inspirée. «Comme les gens avaient aimé cette série, j’ai décidé d’écrire un autre roman, et le placer dans un environnement plus dépouillé. Je suis allée plus au nord, dans le comté de Humboldt, qui est beaucoup plus sauvage et isolé que le comté de Mendocino. C’est vraiment le paysage qui m’a inspirée.»

Un terreau fertile

Robyn Carr avait l’intention d’écrire un seul livre sur le sujet. «Après avoir écrit 100 pages, j’ai réalisé que j’avais suffisamment de matière pour plus qu’un livre, si j’en avais envie. Je pouvais parler du passé militaire des personnages, et des gens qui se rendaient là pour recommencer leur vie. Alors, j’ai continué.»

Dans le roman, l’action se déroule dans la forêt nationale de Redwood, mais la série diffusée sur Netflix a été tournée dans les Rocheuses, au Canada.

Repartir à zéro

Plusieurs thématiques sont abordées dans le roman : le deuil, les façons de le surmonter, l’idée de repartir à zéro, l’amour entre les personnes d’âge mûr, le travail des sages-femmes. «Melinda a été mariée, elle est en deuil de son mari, et elle recommence sa vie dans un endroit où personne ne connaît sa douleur. Ensuite, plusieurs thèmes féminins surgissent, à travers une idylle.»

Robyn Carr fait remarquer qu’elle a fait des études de sage-femme avant de devenir écrivaine. «Ça m’a inspirée. Une sage-femme a d’ailleurs révisé mon manuscrit, pour que je sois certaine que tout soit techniquement correct.»

Robyn Carr
Photo courtoisie