/finance/business
Navigation

Pierre Karl Péladeau demande à Ottawa de bloquer la vente de Transat

Pierre Karl Péladeau demande à Ottawa de bloquer la vente de Transat
Photo d'archives Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

L'homme d'affaires Pierre Karl Péladeau demande au gouvernement Trudeau de bloquer l'offre d'Air Canada pour acheter Air Transat.

• À lire aussi: Les chances d’approbation de la vente de Transat, à peine du 50-50, selon un expert

• À lire aussi: Transat refuse de dévoiler si elle a reçu d’autres offres

Selon le quotidien Globe and Mail, M. Péladeau a récemment informé le ministre fédéral des Transports qu'il était prêt à allonger 223 M$ pour acheter Transat. Il s'agirait d'une offre de 6$ par action, soit 20% supérieure à celle d'Air Canada.

Ottawa doit se prononcer d'ici un mois sur la transaction qui permettrait à Air Canada d'avaler Transat. Le Bureau de la concurrence du Canada a déjà produit un avis défavorable, estimant que la transaction réduirait la concurrence et augmenterait les prix sur au moins 83 liaisons vers l’Europe, la Floride, le Mexique, les Caraïbes et l’Amérique du Sud.

Dans une lettre envoyée le 10 décembre, M. Péladeau invite le ministre Garneau à rejeter la transaction afin de préserver une saine concurrence au sein de l'industrie canadienne du transport aérien. «Il est temps de rejeter cette transaction et de nous permettre d'acquérir Transat, protégeant une liberté de choix qui profite aux Canadiens», peut-on lire dans une lettre obtenue par le Globe and Mail.

Le président et chef de la direction de Québecor souhaiterait acheter Transat à titre personnel.

Offre supérieure

Le 15 décembre dernier, Transat a confirmé avoir reçu une offre concurrente à celle d’Air Canada. Or, le transporteur a refusé de la rendre publique et n’a donné aucun détail sur cet acheteur potentiel, soulevant l’ire du Mouvement d'éducation et de défense des actionnaires.

«M. Péladeau suit toujours de près le dossier de Transat, mais, je vous rappelle que, juridiquement, il ne lui est pas possible de commenter la situation», a laissé savoir son bureau dimanche soir.