/news/health
Navigation

Assurance-emploi: morte avant d'obtenir gain de cause

Angéline Renaud Tétreault et son conjoint, Daniel Deschênes.
Photo d'archives Angéline Renaud Tétreault et son conjoint, Daniel Deschênes.

Coup d'oeil sur cet article

Une autre jeune femme de Québec a perdu son combat contre le cancer sans avoir pu réussir à obtenir d’Ottawa une bonification de l’assurance-emploi en cas de maladie.

• À lire aussi: Assurance-emploi: cancéreux à bout de patience

Après avoir exigé elle aussi des changements de la part du gouvernement Trudeau, Angéline Renaud Tétreault est décédée le 22 novembre 2020 à l’âge de 31 ans. Ses funérailles ont été célébrées le 13 décembre dernier.

Atteinte d’un cancer du sein qui s’est propagé aux os, la jeune femme souhaitait se soigner dans la dignité depuis la fin des 15 semaines de prestations de l’assurance-emploi en cas de maladie.  

Son conjoint, Daniel Deschênes, a vainement tenté de joindre les deux bouts. Justin Trudeau avait promis des changements, mais des malades comme Angéline n’avaient pas le temps d’attendre. Son séjour à la Maison Michel-Sarrazin n’a duré que quelques heures. 

Un combat

«Ce fut très rapide. Je m’occupais d’elle à la maison. C’était comme les olympiques juste pour aller à la salle de bain. Elle était épuisée. Sa tête n’était pas prête à partir, mais son corps était trop fatigué. Maintenant, je vis au jour le jour», explique M. Deschênes. 

Malgré ses traitements, Angéline continuait depuis des mois d’implorer le gouvernement Trudeau de bonifier au plus vite l’assurance-emploi de 15 semaines à un an en cas de maladie. En octobre dernier, les médecins ne pouvaient plus rien faire pour elle. 

«La vraie pandémie pour moi, c’est le cancer. Je ne veux pas qu’elle soit morte pour rien. Je veux terminer le combat pour elle. Ça prend 52 semaines pour se trouver un emploi, mais ça prend 15 semaines pour arrêter d’être malade. Je veux encore montrer les failles du système. On n’était pas les seuls dans cette situation», ajoute Daniel Deschênes. 

Trop tard

Quelques jours auparavant, le 5 novembre dernier, une autre jeune femme de 31 ans a également perdu sa bataille contre la maladie. 

Émilie Sansfaçon, une mère de deux jeunes enfants, avait même rencontré le premier ministre Justin Trudeau afin d’obtenir une modification à la loi. 

«Malheureusement, vous nous avez laissés tomber», a-t-elle lancé dans une vidéo diffusée avant de mourir. 

Le Bloc québécois a obtenu le consentement unanime de la Chambre à Ottawa pour offrir ses condoléances à la famille. 

En 2019, les libéraux de Justin Trudeau s’étaient engagés à bonifier le régime de 15 à 26 semaines, mais rien n’a été fait.