/entertainment/tv
Navigation

Plusieurs célibataires s'échangent un «Flirt à l’aveugle»

Plusieurs célibataires s'échangent un «Flirt à l’aveugle»
PHOTO COURTOISIE/Canal Vie

Coup d'oeil sur cet article

Loin de ces multiples rencontres amoureuses où les candidats misent grandement sur leur apparence - et durant lesquelles ils sont forcément ridiculisés - nous arrive «Flirt à l’aveugle», une émission de rendez-vous virtuels dont Félix-Antoine Tremblay mène la danse, à compter de mercredi, sur Canal Vie. 

Ici, pas de profil clinquant, de paillettes ni d’attributs qui sautent aux yeux. Les trois candidats (ou candidates) présentés à la personne venue prendre place sur un divan, devant un téléviseur, portent une caméra à la poitrine et montrent une facette de leur vie sans se dévoiler physiquement.

En évitant de miser sur les corps et les visages, la production a pris le rafraîchissant pari que la séduction ferait son travail grâce à la force des mots et non à l’apparence.

«C’est audacieux, mais ça fait tellement du bien! On est tellement axé là-dessus, confie l’animateur. Je pense que les gens qui sont venus à “Flirt à l’aveugle” peuvent en témoigner: en ce moment, tout le monde est blasé des applications et tanné de ne pas rencontrer. Passé 25-27 ans, tu te dis: “est-ce que ça peut être simple et "fun"? Est-ce que je peux tripper sur quelqu’un avant même de me dégonfler parce qu’il y a quelque chose qui me fait déchanter physiquement?” On est dans des matchs de coeur, d’émotion et de connexion.»

De surprise en surprise

En se servant de la vraie vie pour créer des centres d’intérêt et en prônant les échanges, le plongeon dans l’intimité des célibataires se fait rapidement.

«Il y a vraiment de belles discussions avant de se fier au physique. On écoute la voix, les valeurs, l’historique amoureux, d’où les gens viennent. La connexion se fait vraiment plus émotivement que physiquement», assure Félix-Antoine Tremblay.

Se qualifiant de «troisième roue» lors de ces rendez-vous par écran, l’animateur brasse les cartes, souligne les malaises, mais s’assure également que tout le monde profite d’une chance de se faire valoir.

À la fin de la journée de tournage, «tout le monde est “flabergasté”, précise-t-il. Tout le monde a été mis au défi émotionnellement.»

Un poisson dans l’eau

Passionné de téléréalités, de «dating shows» et de malaises à l’écran, Félix-Antoine Tremblay était fait pour animer cette émission.

«Dans la vie, ma passion c’est de créer des profils Tinder pour mes amis célibataires, “matcher” des amis pour faire en sorte que tout le monde autour de moi soit amoureux et comblé. En plus, je défends beaucoup la diversité corporelle.»

«Une grande importance que j’accordais à ce show-là, c’était la diversité sexuelle. [La boîte de production ] KOTV s’est vraiment battue parce que dans le format original [intitulé “Hear Me, Love Me, See Me”, NDLR] , il n’y en a pas. Là, on a la chance d’avoir deux shows gais [...] On n’en fait pas l’étalage, mais c’est le fun de voir que ça existe et que c’est traité sur le même pied d’égalité que n’importe quoi d’autre.»

Amoureux heureux, Félix-Antoine Tremblay n’hésiterait à tenter sa chance s’il recherchait l’amour.

«Je suis en couple depuis huit ans, mais si j’étais célibataire, je capoterais de pouvoir embarquer dans une aventure comme ça. J’espère qu’on puisse lancer une tendance à l’aveugle dans la vie [amoureuse] et lancer une application.»

  • Les premières rencontres virtuelles de «Flirt à l’aveugle» auront lieu mercredi, dès 20 h, sur Canal Vie.