/news/currentevents
Navigation

Nouvelle accusation d'agression sexuelle contre André Boisclair

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien chef du Parti québécois André Boisclair fait l’objet d’une nouvelle accusation pour agression sexuelle, a annoncé le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) mercredi en fin de journée.

« Le DPCP confirme le dépôt d’une accusation d’agression sexuelle à l’égard d’André Boisclair. Faisant l’objet d’un mandat d’arrestation visé, ce dernier a été arrêté et interrogé cet après-midi par les policiers du SPVM », a annoncé la porte-parole du DPCP, Me Audrey Roy-Cloutier, sur son compte Twitter.

Libéré sous conditions

L’ancien politicien de 54 ans a été libéré sous conditions et reviendra devant le tribunal le 1er mars, a-t-elle précisé.

Une ordonnance de non-publication a été émise, empêchant la divulgation du nom de sa victime alléguée, afin de la protéger.

L’agression sexuelle alléguée aurait été commise le 22 novembre 2015 à Montréal, est-il précisé dans le mandat d’arrestation obtenu par TVA Nouvelles. 

  • Écoutez l'entrevue de Caroline St-Hilaire avec Me Jean-Pierre Rancourt, avocat criminaliste, sur QUB radio:   

Déjà accusé

L’ancienne étoile montante de la politique québécoise était déjà accusée d’agression sexuelle armée avec la participation d’un tiers.

Les faits qui sont reprochés à André Boisclair pour cette première accusation se seraient produits en janvier 2014, soit juste après la fin de son mandat comme délégué général du Québec à New York.

L’ex-politicien a démissionné de son poste de président-directeur général de l’Institut de développement urbain du Québec à la suite de sa mise en accusation, le printemps dernier.

- Avec des informations de Maxime Deland, Agence QMI, et Yves Poirier, TVA Nouvelles

  • Écoutez la chronique judiciaire de l’ex-juge Nicole Gibeault à QUB radio

 SES FRASQUES EN DATES  

  • Septembre 2005, André Boisclair admet avoir consommé de la drogue quand il était ministre dans le gouvernement Bouchard.   
  • Automne 2013, alors qu’il était délégué général du Québec à New York, il fait l’objet d’une plainte pour consommation de drogues et présence de jeunes dans la résidence officielle.  
  • Novembre 2017, il est arrêté à Québec pour conduite avec les facultés affaiblies.   
  • Février 2018, dès sa première comparution, il plaide coupable aux accusations de conduite avec les facultés affaiblies, de refus de souffler dans l’ivressomètre et d’entrave à la justice.  
  • Juillet 2020, il plaide non coupable, à Montréal, à deux accusations de nature sexuelle.    
  • Janvier 2021, une nouvelle accusation pour agression sexuelle est déposée contre lui.  
  • Mars 2021, il sera de retour devant le tribunal.