/opinion/columnists
Navigation

Un remaniement qui sent les élections

Justin Trudeau
Capture d’ecran, CPAC Justin Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

En brassant ses cartes, Justin Trudeau continue de se préparer à d’éventuelles élections anticipées. Publiquement, les libéraux fédéraux jurent que le remaniement ministériel d’hier n’est pas signe d’un scrutin imminent. Le départ de la vie politique du vétéran ministre torontois Navdeep Bains force ce jeu de chaises musicales, a indiqué Justin Trudeau. En réalité, dans le contexte d’un gouvernement minoritaire, les partis fédéraux sont perpétuellement sur le pied de guerre. Cela dit, le premier ministre a nommé hier un cabinet qu’il estime prêt à faire campagne.

L’hyperactif 

Justin Trudeau
Photo d'archives

François-Philippe Champagne 

Âge : 50 ans

Profession : avocat Ministère : Innovation, des Sciences et de l’Industrie

En quittant les Affaires étrangères pour le ministère de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, le député de Saint-Maurice–Champlain perd en prestige, mais gagne en visibilité. Ce département risque d’être au cœur de la relance économique post-COVID. Bon communicateur, M. Champagne est l’homme tout désigné pour distribuer des chèques et couper des rubans, ce qui n’était pas la force de son prédécesseur, le discret mais efficace Navdeep Bains. Les libéraux prévoient dépenser de 70 à 100 milliards $ dans les prochaines années pour relancer l’économie après la pandémie. M. Champagne risque donc d’être très occupé. Il a aussi l’avantage de provenir des régions du Québec, une espèce rare dans le caucus libéral. M. Trudeau a choisi l’un de ses meilleurs « campaigners » pour l’aider à affronter sur le terrain les bloquistes à l’extérieur de Montréal. 

La valeur sûre 

Justin Trudeau
Photo d'archives

Marc Garneau

Âge : 71 ans

Profession : astronaute Ministère : Affaires étrangères

Marc Garneau quitte les Transports pour les Affaires étrangères. Ce changement tombe à point nommé pour le député montréalais. M. Garneau a été incapable de s’entendre avec l’industrie aéronautique qui demandait de l’aide d’urgence durant la pandémie. On devine une relation difficile entre les parties. D’un point de vue diplomatique, le départ du président américain Donald Trump apaise notre relation avec les États-Unis, malgré la transition chaotique et sanglante qui se déroule sous nos yeux. Au jour le jour, la gestion de cette relation pour le gouvernement Trudeau ne représentera plus un guêpier. M. Garneau connaît bien ce pays, pour y avoir habité durant neuf ans. Deux de ses enfants y sont nés. M. Garneau laisse un bilan mitigé aux Transports, au sein duquel on doit constamment éteindre des feux. En M. Garneau, le premier ministre s’est doté d’un chef de la diplomatie sobre, discret, et qui ne fera pas de vagues, en cette année possiblement électorale. Cela ne veut pas dire que le député de Notre-Dame-de-Grâce–Westmount n’a pas de pain sur la planche, alors que des Canadiens sont encore incarcérés de façon arbitraire en Chine.  

L’étudiant 

Justin Trudeau
Photo d'archives

Omar Alghabra

Âge : 51 ans

Profession : ingénieur Ministère : Transports

Ce député de la région névralgique de Toronto en aura plein les bras. Il hérite du ministère des Transports au moment où l’industrie de l’aviation vit une crise sans précédent. Son prédécesseur, Marc Garneau, avait été incapable de s’entendre avec les grands joueurs de ce secteur qui réclament une aide financière d’Ottawa. Le fédéral doit aussi approuver sous peu l’achat du voyagiste québécois Air Transat par Air Canada. Unilingue anglophone, M. Alghabra a admis en conférence de presse qu’il doit se familiariser avec ces dossiers avant de les commenter. La pente risque d’être abrupte. 

L’éclaireur 

Justin Trudeau
Photo d'archives

Jim Carr

Âge : 69 ans

Profession : musicien et journaliste Ministre sans portefeuille et représentant spécial pour les Prairies

Autre indice que des élections approchent : le Manitobain Jim Carr, le conseiller spécial pour les Prairies de Justin Trudeau, fait son entrée au cabinet des ministres. Cet ancien ministre des Ressources naturelles a combattu un virulent cancer dans les dernières années. Son retour au sein de la famille ministérielle est un signe encourageant de son rétablissement. Il est rarissime qu’un ministre ne possède aucun portefeuille. Jim Carr sera les yeux et les oreilles de Justin Trudeau dans les Prairies, où les libéraux ont été presque rayés de la carte lors des dernières élections, ne faisant élire que quatre députés. En Jim Carr, Justin Trudeau s’offre un éclaireur en terrain hostile.