/sports/hockey
Navigation

Débuts modestes pour Lafrenière avec les Rangers

Sélectionné au premier rang du plus récent repêchage de la LNH, Alexis Lafrenière a fait ses débuts avec les Rangers jeudi. Dans une défaite de 4 à 0 aux mains des Islanders, l’attaquant a passé près de 15 minutes et demie sur la patinoire.
Photo AFP Sélectionné au premier rang du plus récent repêchage de la LNH, Alexis Lafrenière a fait ses débuts avec les Rangers jeudi. Dans une défaite de 4 à 0 aux mains des Islanders, l’attaquant a passé près de 15 minutes et demie sur la patinoire.

Coup d'oeil sur cet article

Alexis Lafrenière aurait sans doute espéré effectuer ses débuts dans la Ligue nationale de hockey dans un contexte plus favorable. Si l’avenir s’annonce brillant chez les Rangers de New York, la recrue de 19 ans, à son premier match officiel, a appris à la dure qu'il se retrouvait dans une équipe qui sort à peine d’un processus de reconstruction.

• À lire aussi: Sous la loupe de coach Tourigny

Les premiers coups de patin dans la grande ligue du prodige de Saint-Eustache étaient attendus depuis longtemps.

Repêché à l’issue de sa troisième année junior en raison de sa date d’anniversaire tardive (late), une sélection qui a été retardée avec la pandémie jusqu’à octobre dernier, la nouvelle coqueluche de Broadway se souviendra de son baptême du feu sur la patinoire du mythique Madison Square Garden pour les mauvaises raisons.

Sélectionné au premier rang du plus récent repêchage de la LNH, Alexis Lafrenière a fait ses débuts avec les Rangers jeudi. Dans une défaite de 4 à 0 aux mains des Islanders, l’attaquant a passé près de 15 minutes et demie sur la patinoire.
Photo AFP

Utilisé pendant 15 min et 27 s par l’entraîneur David Quinn, la majorité du temps aux côtés de Filip Chytil et du Québécois Julien Gauthier, sur le troisième trio des Rangers, Lafrenière n’a pas eu trop d’occasions de se faire valoir dans un revers de 4-0 des siens contre les Islanders de New York, jeudi soir. Il a fini avec un différentiel de -1, un tir au but et deux minutes de pénalité. Il a aussi été employé pendant 1 min et 36 s en avantage numérique.

Sélectionné au premier rang du plus récent repêchage de la LNH, Alexis Lafrenière a fait ses débuts avec les Rangers jeudi. Dans une défaite de 4 à 0 aux mains des Islanders, l’attaquant a passé près de 15 minutes et demie sur la patinoire.
Photo AFP

«Il y avait beaucoup de nervosité, mais après quelques présences sur la glace, je me sentais mieux et le stress est parti, a reconnu le tout premier choix du dernier repêchage après la rencontre en visioconférence. J’essayais de travailler le plus fort que je pouvais. Évidemment, c’est un dur résultat, mais on va faire mieux à notre prochain match de samedi.»

Une première en 10 mois

Au-delà du pointage final, Lafrenière vivait aussi ses premiers pas dans le circuit Bettman dans un contexte particulier en raison de la pandémie, lui qui n’avait pas enfilé un chandail officiel depuis le 8 mars dernier, une attente longue de 312 jours. C’était aussi sans spectateurs. 

Et rien pour l’aider à trouver rapidement ses repères pour sa rentrée attendue, la LNH avait décidé de ne pas tenir de matchs hors-concours pendant les camps d’entraînement qui ont été de courte durée. S’il avait été témoin à l’entraînement de la vitesse du jeu, le Québécois a pu le constater encore plus contre les Islanders. 

Sélectionné au premier rang du plus récent repêchage de la LNH, Alexis Lafrenière a fait ses débuts avec les Rangers jeudi. Dans une défaite de 4 à 0 aux mains des Islanders, l’attaquant a passé près de 15 minutes et demie sur la patinoire.
Photo AFP

«Ça faisait un petit bout que je n’avais pas joué un vrai match, ça a paru un peu au niveau du rythme, mais ce n’est pas une excuse, c’était le cas pour tout le monde [...]. Je m’attendais à une vitesse quand même assez élevée et il faut que tu fasses tes jeux rapidement, a expliqué le numéro 13. Avant d’avoir la rondelle, il faut que tu saches où tu vas, une chose que j’ai remarquée et que je vais continuer d’apprendre avec les gars.»

Malgré la défaite, l’entraîneur des Rangers a apprécié la tenue de son jeune joueur.

«Il est confiant et il n’est pas intimidé par la grosse scène qu’est la LNH, a souligné David Quinn. Il a fait les bonnes choses quand le match s’est mis en marche et ce n’est pas évident quand l’équipe perd de cette façon. Il y a eu de bons moments dans le vestiaire et sur le banc malgré tout.»

Adversaires coriaces

Les Islanders sont reconnus pour leur étanchéité en défensive. Jeudi, ils n’ont accordé que 24 tirs aux Rangers, bloquant aussi 20 lancers. Lafrenière et les Rangers pourront se reprendre samedi dans un autre épisode de la bataille de New York.

«C’est vraiment une équipe dure à affronter, a-t-il lâché. Ils sont toujours bien placés et il n’y a pas une grande ouverture [en zone adverse]. Il faut vraiment mériter tous les pouces qu’on a sur la glace et il va falloir travailler pour être meilleurs samedi.»

«C’est une excellente leçon pour nos jeunes joueurs de jouer contre une équipe comme celle-là, a ajouté Quinn. Je pense que ces deux gars [Lafrenière et K'Andre Miller] se sont améliorés au fur et à mesure que le match progressait.»