/misc
Navigation

Lupin donne raison à Sophie Lorain

Lupin
Photo courtoisie Omar Sy

Coup d'oeil sur cet article

Sophie Lorain regarde-t-elle Lupin, dans l’ombre d’Arsène, l’extravagante série française qui triomphe sur Netflix ?

Si oui, Sophie, aussi talentueuse comédienne que réalisatrice, ne peut que constater qu’elle avait bien raison, la semaine dernière, de déclarer dans une entrevue à La Presse à quel point tout a changé en création télévisuelle. 

« L’écriture, le jeu, la technologie, la légèreté des équipements, la logistique de travail, les codes narratifs (le story telling) etc. » Plus rien n’est pareil.

Il y a seulement quelques années, aucun producteur et aucun diffuseur n’auraient misé un rond sur le scénario d’une série comme Lupin. Même avec la possibilité d’avoir Omar Sy en tête d’affiche. D’autant plus que Sy, l’attachant acteur sans lequel le film Intouchables n’aurait jamais connu pareil succès, ne personnifie même pas Arsène Lupin. Il incarne plutôt Assane Diop, un admirateur inconditionnel du gentleman détective, créé par le romancier Maurice Leblanc il y a plus d’un siècle.

L’argument de la série de 10 épisodes (cinq sont actuellement disponibles sur Netflix depuis le 8 janvier) ne saurait être plus simple. Assane (qu’on voit jeune garçon et à l’âge adulte) souhaite venger la mort de son père, poussé au suicide après avoir été faussement condamné pour le vol d’un collier de plusieurs dizaines de millions ayant appartenu à la reine Marie-Antoinette.

ATTACHEZ VOS TUQUES !

Dès les premières secondes de la série, il faut attacher sa tuque parce que ça déménage. Il ne faut surtout pas être en quête de logique ou de vraisemblance. Lupin n’a rien à voir avec la série Arsène Lupin, diffusée à la 2e chaîne de l’ORTF au début des années 1970, avec l’ineffable Colombo ou Murdoch Mysteries, toutes dans le droit fil des séries policières traditionnelles.

Si Assane Diop n’est pas Arsène Lupin, il en a toutes les caractéristiques. Comme Lupin, Assane est facétieux, élégant et téméraire ; il est audacieux et charmeur, il change d’allure et se transforme avec la rapidité d’Arturo Brachetti et, comme « Robin Hood », il vole les riches pour donner aux pauvres. De surcroît, il a avec les femmes le charme de James Bond. Pour jouer toutes ces facettes du personnage, on n’aurait pas pu trouver mieux qu’Omar Sy, un acteur d’un charisme à séduire le spectateur le plus inflexible.

Malgré ses extravagances et sa folie, malgré qu’elle ne suive aucune règle traditionnelle et qu’elle défie toute cohérence, Lupin s’est hissée en quelques jours parmi les 10 séries les plus populaires de Netflix dans 90 pays.

RADIO-CANADA ET LE RISQUE 

Le week-end dernier, fait absolument inusité, elle était en tête du palmarès des émissions les plus regardées aux États-Unis. Conséquence directe de ce succès inédit, Hachette, en partenariat avec Netflix, vient de rééditer Arsène Lupin, gentleman cambrioleur. Les ventes sont telles que le livre est déjà en réimpression.

Dans son entretien avec La Presse, Sophie Lorain a dévoilé qu’elle écrit avec Alexis Durand-Brault une série très spéciale qui nous transportera dans l’univers de la santé mentale « avec un point de vue unique et bienveillant ». 

Même si le vice-président principal de Radio-Canada, Michel Bissonnette, a déclaré, lundi, aux audiences du CRTC, que le « rôle du diffuseur public est de prendre plus de risques créatifs » que l’entreprise privée, c’est sur Crave, la plateforme numérique de Bell Canada, qu’on verra cette série « très spéciale » du couple Lorain-Durand. Cherchez l’erreur !