/news/coronavirus
Navigation

Refuges propices aux éclosions: Legault prié d’exempter les itinérants du couvre-feu

Refuges propices aux éclosions: Legault prié d’exempter les itinérants du couvre-feu
Photo d'archives Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault est prié d’exempter les itinérants du couvre-feu en raison des risques du fait de les entasser dans les refuges, des lieux propices aux éclosions.

• À lire aussi: Montréal: hausse de la COVID-19 chez les itinérants

Depuis un mois, 173 cas de COVID-19 ont été répertoriés dans les centres qui accueillent les sans-abri de Montréal, signale Donald Tremblay, directeur général de la Clinique juridique itinérante, qui œuvre à la promotion de l’accès à la justice pour les personnes démunies.

« C’est de les emmener dans des milieux où le risque de contagion est encore plus élevé. Pas que je veux qu’ils couchent dans la rue, mais peut-être que tu es mieux de coucher dans la rue que d’aller au refuge d’urgence du Royal-Victoria à Montréal et de pogner la COVID-19 », insiste-t-il.

Véronique Hivon.
Députée
Photo Simon Clark
Véronique Hivon. Députée

Donald Tremblay est au nombre des initiateurs d’une pétition déposée à l’Assemblée nationale, parrainée par la députée péquiste Véronique Hivon, demandant au gouvernement de ne pas appliquer le couvre-feu aux sans-abri. 

Selon lui, les risques pour la santé des personnes en situation d’itinérance sont bien réels puisqu’on les envoie dans des refuges bondés. Sans parler de la plus grande vulnérabilité des personnes qui vivent dans la rue.

Hospitalisations

Une récente étude pilotée par le Lawson Research Institute et l’Institute for Clinical Evaluative Sciences (ICES), réalisée en Ontario, suggère que les sans-abri ont 20 fois plus de risques d’être hospitalisés des suites d’une infection au coronavirus.

La députée péquiste de Joliette, Véronique Hivon, va plus loin et estime qu’un couvre-feu s’avère même contre-productif d’un point de vue de santé publique pour les personnes en situation d’itinérance. « Cela n’est évidemment pas surprenant compte tenu de la difficulté de maintenir la distanciation dans ces lieux », fait-elle valoir. 

Deux tickets pour un itinérant

Selon Véronique Hivon, le refus du gouvernement de créer une exception pour les sans-abri démontre une méconnaissance de leur réalité. « C’est d’autant plus choquant qu’il a créé toute une série d’exceptions, allant jusqu’à prévoir par exemple que les propriétaires de chiens pourraient les promener sur une distance d’un kilomètre carré ! » 

L’interdiction de sortir de 20 h à 5 h risque fort d’aggraver la criminalisation des sans-abri, déplore également Donald Tremblay. Le gouvernement se fie au « bon jugement » des policiers pour appliquer ces mesures extrêmes. N’empêche, même si le couvre-feu ne s’applique que depuis une semaine, un itinérant a déjà reçu deux contraventions de 1500 $ chacune, se désole-t-il. 

APPEL À TOUS

Votre chien, votre chat ou votre animal de compagnie préféré a sauvé votre confinement, en vous remontant le moral et en vous occupant?

Faites-nous savoir comment en nous racontant votre histoire en nous écrivant à elisa.cloutier@quebecormedia.com.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres