/weekend
Navigation

Pour bien commencer l’année

WE 0116 En mode lecture
Photo courtoisie Serge
Yasmina Reza
Aux Éditions Flammarion
240 pages

Coup d'oeil sur cet article

Avec Serge, la femme de lettres française Yasmina Reza signe une comédie familiale douce-amère qui vaut vraiment le coup.

Après Babylone, qui a remporté le prix Renaudot en 2016, la dramaturge et romancière française Yasmina Reza nous propose Serge, un autre roman qui ne va sûrement pas passer inaperçu au cours des prochains mois. Car en plus d’être brillamment mené, il ne manque ni d’humour – parfois franchement noir ! – ni de répliques bien cinglantes. 

Alors bienvenue chez les Popper, une famille de juifs non pratiquants originaire de Vienne dont quelques membres ont jadis été déportés. C’est Jean, le « garçon du milieu », qui va s’improviser narrateur, et grâce à lui, on ne tardera pas à faire plus ample connaissance avec son frère Serge, sa sœur Anne (que tout le monde appelle Nana), ou sa nièce Joséphine, qui s’est mis en tête d’aller visiter Auschwitz sous peu.

Un curieux pèlerinage 

Il faut le reconnaître, il y a des activités nettement plus sympathiques que d’autres. Et la visite du camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz ne fait certainement pas partie du nombre. Mais tant pis, presque tous les Popper décideront quand même de se joindre à Joséphine, histoire de pouvoir fouler dans la foulée la tombe de leurs ancêtres.

Le temps de tout organiser et les voilà partis pour la Pologne. Mais tel qu’on peut s’y attendre, la virée prendra vite un tour complètement surréaliste. Par exemple, peu importe tout ce qui a pu se produire de terrible entre les murs d’Auschwitz, ça n’empêchera pas les Popper de s’y engueuler vertement ou de se comporter comme les derniers des touristes. Avec pour résultat de nous faire sourire, grimacer ou carrément réfléchir.

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE 

Origines

Robin Cook<br/>
aux Éditions Albin Michel<br/>
432 pages
Photo courtoisie
Robin Cook
aux Éditions Albin Michel
432 pages

Si on a envie d’être emporté par une histoire qui nous fera vite oublier confinement et couvre-feu, le dernier Robin Cook est un excellent choix. Au menu ? Une jeune femme qui semble avoir succombé à une overdose. Mais comme il ne faut jamais se fier aux apparences, l’une des légistes responsables de l’autopsie aura recours à la généalogie génétique. Ce qui aura vite quelques funestes conséquences...

Cotton County

Eleanor Henderson<br/>
aux Éditions Le livre de poche<br/>
248 pages
Photo courtoisie
Eleanor Henderson
aux Éditions Le livre de poche
248 pages

On peut dire que la jeune Elma Jesup n’a pas eu de chance : quelle était la probabilité pour qu’elle accouche de jumeaux dont l’un sera blanc, et l’autre noir ? Eh oui, infinitésimale. C’est pourtant ce qui va se produire, et sachant que l’histoire se déroule dans les années 1930 en Géorgie, dans le sud des États-Unis, les choses ne vont pas tarder à se gâter. Une excellente saga.

Un palais en Sicile

Jean-Louis Remilleux<br/>
aux Éditions Albin Michel<br/>
248 pages
Photo courtoisie
Jean-Louis Remilleux
aux Éditions Albin Michel
248 pages

Dans la catégorie beaux livres, un ouvrage grand format abondamment illustré qui nous permet de découvrir un coin de Sicile très particulier : le palais du marquis Di Lorenzo del Castelluccio, qui a été construit en 1782. Même s’il compte plus de 100 pièces, le producteur français Jean-Louis Remilleux a entrepris de le restaurer dans les règles de l’art, et d’une page à l’autre, on ne peut faire autrement que de s’extasier en voyant le résultat. 

150 drôles d’expressions que l’on utilise tous les jours sans vraiment les connaître

Collectif<br/>
aux Éditions Le Robert<br/>
320 pages
Photo courtoisie
Collectif
aux Éditions Le Robert
320 pages

Être à côté de la plaque, avoir maille à partir avec quelqu’un, déclarer forfait, jeter de la poudre aux yeux, se porter comme un charme, prendre ses cliques et ses claques... En français, ce ne sont certes pas les expressions bizarres qui manquent ! Mais grâce au regretté Alain Rey, on peut facilement découvrir le sens et l’origine de 150 d’entre elles. 

Frissons garantis

Une évidence trompeuse<br/>
Craig Johnson<br/>
Aux Éditions Gallmeister<br/>
416 pages
Photo courtoisie
Une évidence trompeuse
Craig Johnson
Aux Éditions Gallmeister
416 pages

Une évidence trompeuse

Pour celles et ceux qui suivent depuis longtemps les aventures du shérif Walt Longmire, cet opus est un incontournable, car il fait partie des meilleurs de la série. Et pour celles et ceux qui n’ont encore jamais entendu parler des polars de l’Américain Craig Johnson, inutile d’attendre davantage. Après tout, il faut bien commencer quelque part ! 

Vroum vroum

Dans ce 13e livre de la série, on va donc avoir la chance de se promener dans les rues de Hulett, Wyoming, où se tient chaque année une course attirant les motards les plus casse-cous du coin. Le shérif Longmire n’y participe pas, mais son fidèle ami Henry Standing Bear, oui. Alors tant qu’à être sur place, pourquoi ne pas donner un petit coup de main à la police locale ?

Quelques jours plus tôt, non loin de la célèbre Devils Tower, un jeune motard membre des Tre Tre Nomads a en effet perdu le contrôle de son bolide. Ce qui semble être presque impossible, Bodaway Torres ayant toujours été un conducteur hors pair. Du coup, Walt Longmire commencera à enquêter. Et plus il creusera, plus la liste des personnes susceptibles de s’en être prises à Torres s’allongera. Évidemment !

Juste pour l’humour, on a beaucoup aimé.