/weekend
Navigation

Photos souvenirs: Bernard Drainville

Chaque semaine dans son cahier Weekend, Le Journal de Montréal vous présente des moments marquants de la carrière d’un artiste ainsi que quelques photos souvenirs.

Bernard Drainville
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Animateur télé

Bernard Drainville
Photo d'archives

Les bouclettes bien maîtrisées, un Bernard Drainville, bon chic bon genre, en 2003. Le p’tit gars de l’Île-Dupas (dans Lanaudière), fils d’agriculteur, était devenu animateur de la quotidienne La part des choses à RDI. Dynamique journaliste, fort d’une maîtrise de la prestigieuse université britannique London School of Economics, il avait déjà fait ses preuves sur le terrain pour Radio-Canada. 

Avant la politique

Bernard Drainville
Photo d'archives

En 2004, il y a 17 ans, lors des dix ans de RDI, aux côtés de Michaëlle Jean et de Michel Jean, aujourd’hui auteur et journaliste/présentateur à TVA. C’était un an avant la nomination de Michaëlle Jean au poste de gouverneure générale du Canada et trois ans avant que Bernard Drainville se lance en politique, après avoir été un audacieux correspondant de Radio-Canada en Amérique latine.

Élu député

Bernard Drainville
Photo d'archives

En 2007, lors des élections provinciales, Bernard Drainville venait de quitter Radio-Canada. Il mettait sa carrière de journaliste sur pause pour tenter sa chance en politique. Approché par Jacques Parizeau, il se présentait pour le Parti québécois, dans la circonscription de Marie-Victorin à Longueuil où il fut élu cette même année. Ce n’était que le début.

Aspirant chef

Bernard Drainville
Photo d'archives

Il n’y a pas si longtemps, en octobre 2014, Bernard Drainville annonçait officiellement sa candidature à la chefferie du Parti québécois, espérant succéder à Pauline Marois. Mais l’avenir en décidera autrement. Moins de deux ans plus tard, il revenait à ses anciennes amours, le monde des communications, en remplaçant Nathalie Normandeau au micro du FM 93 à Québec.

Renoncer au rêve

Bernard Drainville
Photo d'archives

Au mois d’avril 2015, au Parlement de Québec, un Bernard Drainville émotif mettait fin à ses ambitions de devenir chef du Parti québécois en annonçant qu’il se ralliait à Pierre Karl Péladeau. Un an plus tard, il quittait la vie politique, fier de ses combats comme ministre sous Pauline Marois, notamment en ce qui a trait à la loi sur le financement politique et les élections à date fixe.


Bernard Drainville anime en semaine l’émission Drainville PM avec ses collaborateurs, de midi à 15 h au 98,5 fm.

Il est aussi collaborateur régulier à l’émission de Paul Arcand, Puisqu’il faut se lever, tous les jours à 7 h du matin.

L’animateur est père de trois enfants.