/sports/others
Navigation

Pierre Lavoie est prêt à monter la barre en 2021

Coup d'oeil sur cet article

La pandémie de la COVID-19 force pour une deuxième année l’annulation des événements phares du Grand Défi Pierre Lavoie (GDPL), mais l’organisation a promis des alternatives intéressantes, puisqu’elle tentera de véritablement révolutionner l’activité physique au Québec en 2021.

Sans 1000 KM, La Course ou La Boucle, toute l’attention sera portée vers une présentation bonifiée du 1 000 000 de KM Ensemble de juin, qui reviendra pour une seconde édition. Le temps d’un week-end, l’an dernier, les Québécois avaient doublé les objectifs de Pierre Lavoie.

Pour le cofondateur du GDPL, c’est aussi beaucoup de fierté, car ses événements virtuels ont permis de toucher 10 fois plus de gens en 2020. Pas question pour lui de s’asseoir sur ses lauriers, cependant.

«Montons la barre. Allons-y, faisons quelque chose de gigantesque, s’est enthousiasmé M. Lavoie en entrevue téléphonique, mercredi. Nous l’avons fait l’an passé, c’était une sorte de “teaser”.»

«Maintenant, nous allons y mettre beaucoup de sérieux parce que nous essayons de faire converger tous nos programmes et tous les gens qui sont derrière la cause – nos cyclistes, nos coureurs, nos marcheurs, les étudiants, les médecins et nos partenaires – vers un événement», a-t-il assuré, promettant quelque chose d’unique, de stimulant et d’inclusif.

L’équipe de Pierre Lavoie et le gouvernement du Québec ont étudié le plan pour 2021 en détails. La deuxième vague est plus mordante que prévue, et avec l’absence de tests rapides et les premiers pas de la vaccination, ils n’ont pas voulu prendre de chance.

C’est ainsi que les Cubes énergie et la Grande Récompense ont aussi été laissés de côté, même si M. Lavoie encourage les écoles et les entreprises à mettre sur pied leurs propres alternatives pour bouger durant l’année.

Les plaisirs de l’hiver

Ce qu’il y a de nouveau en 2021 pour le GDPL, ce sont les Grandes Marches sous zéro. Similaires aux Grandes Marches de l’automne – qui reviendront d’ailleurs après leur immense succès en 2020 –, ces invitations à la randonnée hivernale auront lieu entre le 19 et le 21 février.

«Le Québec, c’est l’hiver, et ce n’est pas parce qu’il fait froid que nous arrêtons de marcher, au contraire, a rappelé M. Lavoie. On s’habille comme il faut et on sort. Soyons un exemple parmi les pays nordiques. Il faut maîtriser sa température ; nous n’allons pas tous dans le Sud.»

Le vendredi 19 février, ce sont les écoles primaires et secondaires qui ouvriront le bal. Pierre Lavoie encourage les enseignants à faire marcher sur cinq kilomètres les jeunes, avant de lancer le même défi à tout le Québec lors du week-end.

Tout ce beau monde pourra évidemment ajouter ses kilomètres sur l’application revampée du GDPL, qui sera «simple, simple, simple» d’utilisation selon l’homme de 57 ans.

Très préoccupé par le sort des adolescents en temps de pandémie, M. Lavoie a un autre projet en tête pour cette année. Peu de détails sont connus, puisque le projet doit d’abord être approuvé par le gouvernement.

«Nous avons créé quelque chose d’innovant qui pourrait rejoindre ce groupe des 12 à 17 ans. C’est quelque chose qui devrait être présenté à l’ONU, a-t-il souhaité. Il est possible de faire bouger ce groupe, mais soyez imaginatifs, soyez brillants, comprenez-les, parlez leur langage et ils répondront présent.»

Pierre Lavoie sait que les Québécois seront au rendez-vous malgré le confinement qui pourrait s’étirer. Il est évidemment dommage de laisser sur la glace des événements qui ont lieu depuis maintenant 12 ans, mais l’entraînement en virtuel lui tient à cœur.

«On reviendra à la normale en 2022, ce n’est pas plus grave que ça», a-t-il assuré.