/word/usa/election2020
Navigation

La directrice du renseignement, première membre de l’équipe Biden confirmée par le Sénat

La directrice du renseignement, première membre de l’équipe Biden confirmée par le Sénat
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le Sénat a confirmé mercredi à une très large majorité la nomination de la directrice du Renseignement américain (DNI) Avril Haines, première membre de l’administration Biden a être adoubée par la chambre haute, au jour de l’investiture du 46e président des États-Unis.  

• À lire aussi: Le premier échange de Biden avec un dirigeant étranger sera avec Trudeau

• À lire aussi: Joe Biden bloque l'oléoduc Keystone XL, Ottawa déçu

• À lire aussi: Biden signe une série de décrets, dont le retour dans l’accord de Paris sur le climat

Ancienne numéro 2 de la CIA âgée de 51 ans, elle supervisera et coordonnera les activités de la CIA, de la NSA et de 15 autres agences de renseignement. 

Avril Haines a été confirmée à son poste par 84 sénateurs, dont de nombreux républicains, face à dix votes contre. 

Le Sénat a ensuite été ajourné jusqu’à jeudi midi, lorsque de nouveaux votes de confirmation pourront être annoncés.

Lors de son audition devant une commission sénatoriale, mardi, Mme Haines avait promis de rester apolitique et de rétablir la confiance dans les services de renseignement extérieurs, cibles fréquentes de Donald Trump au cours de son mandat.

L’équipe de Joe Biden s’est plainte de retards dans le processus de confirmation des membres de son cabinet par le Sénat, qui était contrôlé jusqu’à mercredi matin par les républicains. 

Le milliardaire républicain avait nié sa défaite jusque dans les derniers jours avant la passation de pouvoir au démocrate. 

Il avait encore brandi des allégations, sans fondement, de fraude électorale lors d’un discours le 6 janvier devant ses partisans, juste avant l’assaut contre le Capitole lancé par certains des militants pro-Trump. 

Lors de son audition mardi, Avril Haines avait indiqué qu’elle coopérerait avec les enquêteurs pour déterminer si les émeutiers avaient été influencés par un pays étranger. 

À une question d’un sénateur lui demandant si la Russie pouvait avoir joué un rôle, elle avait répondu avoir constaté par le passé « l’usage par la Russie de mesures actives et de campagnes d’influence pour exacerber certaines des divisions de ce pays et pour promouvoir l’extrémisme ».

Avril Haines avait en outre promis une approche « agressive » à l’égard de la Chine et de rendre public un rapport sur l’assassinat en 2018 par des agents saoudiens du journaliste Jamal Khashoggi, que le gouvernement de Donald Trump a toujours refusé de publier.