/news/currentevents
Navigation

Enquête interne: un cadre de la police de Lévis blanchi

Coup d'oeil sur cet article

Aucune accusation ne sera portée contre le membre de la haute direction du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) qui faisait l’objet d’une enquête des affaires internes de la Sûreté du Québec pour des allégations d’agression sexuelle sur une personne mineure.

• À lire aussi: Un cadre de la police de Lévis sous enquête

C’est ce qu’a confirmé Michel Desgagné, directeur du SPVL.

« Ç’a été présenté à un procureur et il n’y a eu aucune charge retenue », a-t-il indiqué.

En mars 2020, Le Journal avait révélé qu’une enquête était en cours alors que la victime alléguée aurait reconnu son agresseur, un cadre du SPVL, lors d’une émission de télévision diffusée dans cette même période.

Les faits reprochés remontaient à une vingtaine d’années.

Présomption d’innocence

Le cadre est resté en fonction le temps de l’enquête. La situation en avait choqué plus d’un.

D’ailleurs, en janvier 2020, le SPVL avait reçu une lettre anonyme d’un citoyen mécontent qui déplorait le fait que ce haut gradé soit toujours en poste, malgré les allégations. 

De son côté, la Fraternité des policiers de Lévis s’inquiétait des impacts sur la confiance de la population envers le service.

Le directeur du SPVL, Michel Desgagné, avait alors rappelé que le cadre avait droit à la présomption d’innocence.