/news/provincial
Navigation

Les citoyens de Vanier s'inquiètent pour la sécurité

Les citoyens de Vanier s'inquiètent pour la sécurité
Photo courtoisie, Hutchison Ports

Coup d'oeil sur cet article

Les citoyens de Vanier s’inquiètent des conséquences du projet de terminal de conteneurs Laurentia sur leur quartier, particulièrement en ce qui concerne le passage des trains.

Le conseil de quartier a signé une lettre dans laquelle les membres énoncent leurs craintes au sujet du projet du Port de Québec. On a beaucoup parlé de Limoilou et Maizerets dans les dernières semaines, et Vanier est un secteur oublié dans le dossier, estime Jacynthe Fortin, vice-présidente du conseil de quartier. 

Fragilité

« On ne mentionne jamais Vanier. Pourtant, on constate la fragilité du quartier en ce qui concerne la sécurité routière. Ce que nous voulons, c’est allumer un clignotant rouge », dit-elle en entrevue. 

Les citoyens craignent l’augmentation du nombre de convois ferroviaires qui traverseront leur quartier. Mme Fortin souligne que ceux-ci circuleront près d’écoles et de résidences pour aînés. En effet, la voie ferrée traverse Vanier sur toute sa longueur. « Le quartier est coupé en deux par la voie ferrée », écrivent les élus du conseil. Actuellement, le quartier compte deux passages à niveau qui bloquent la circulation automobile et piétonne lorsqu’un train circule et deux autres passages uniquement piétonniers. 

Accident mortel

Le conseil de quartier souligne avec tristesse qu’un accident mortel a touché un enfant à l’un de ces passages dans les années 1990. Sans compter les risques de déraillement et d’accidents avec ces wagons qui transportent parfois des matières toxiques. « On sait que le risque zéro n’existe pas, mais plus on alerte la population, mieux c’est », tranche Mme Fortin. 

L’Administration portuaire de Québec a souvent répété au cours des derniers mois que le projet Laurentia, dans sa phase d’exploitation, ajouterait deux trains par jour sur les voies ferrées de la capitale. Cela ne rassure pas les citoyens, qui jugent qu’avec le nombre de conteneurs qui transiteront dans le port, ce nombre sera probablement plus élevé. 

Rappelons que 90 % des conteneurs seront transportés par train. La capacité maximale annuelle du terminal sera de 700 000 conteurs équivalents vingt pieds.  

Le Port plaide que mis à part un autre projet de port au pays, aucune autre installation ne comportera une aussi grande proportion de transport par train.