/news/coronavirus
Navigation

Le non-respect des mesures plus inquiétant que les retards de vaccins

Coup d'oeil sur cet article

Les retards dans la distribution du vaccin de Pfizer n’inquiètent pas les médecins, qui appréhendent davantage un relâchement des mesures sanitaires avec le début de la vaccination et la situation qui s’améliore.

Le Dr Mathieu Simon, chef des soins intensifs de l’IUCPQ, ne craint pas autant les retards de quelques jours dans le calendrier de vaccination que l’insouciance de certaines personnes après avoir reçu leur dose. 

« C’est une semaine d’arrêt sur une opération de plusieurs mois, ce n’est pas catastrophique », soutient l’intensiviste. 

Il rappelle plutôt que des éclosions ont eu lieu au Québec et ailleurs dans le monde dans des endroits où il y avait eu de la vaccination. 

« Il faudra faire attention à cette pensée magique qui fait que des gens vaccinés se permettent d’être moins prudents », ajoute-t-il, soulignant avoir eu des échos de situations aberrantes au cours des derniers jours.

« On a entendu parler de partys post-vaccination, de gens qui avaient hâte d’être vaccinés et qui se faisaient un souper de fondue pour fêter ça », confie le médecin.

Rupture prévisible

Le président de la Société des intensivistes du Québec affirme quant à lui que des problèmes de distributions semblables étaient à prévoir. 

Le Dr Germain Poirier soutient que la population oublie bien souvent « l’aspect business » quand il est question de santé, mais que cette réalité demeure, même en temps de pandémie.

« C’était presque prévisible, tout le monde s’arrache le vaccin [...] On voit ce genre de situation dans un paquet d’autres secteurs et on se dit que c’est normal. Il faut relativiser », croit le médecin.

Et le retard devrait permettre à Pfizer de bonifier sa production en mettant à niveau ses installations, un autre aspect non négligeable insiste Mathieu Simon.

« Dans un monde idéal, on aurait toutes les doses, mais si le bénéfice potentiel c’est l’augmentation de la production, ça vaut le coup », affirme-t-il.

Amélioration fragile

Quant à l’amélioration du bilan, les médecins demeurent prudents.

Et ces bons résultats proviennent des mesures sanitaires plutôt que du vaccin pour le moment, d’où l’importance de continuer, souligne Gilbert Poirier. « Si ça continue comme ça, c’est possible qu’on puisse diminuer les mesures, mais il y a toujours le risque que si on donne deux pieds, des gens en prennent six », prévient l’expert.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres