/opinion/columnists
Navigation

Les facteurs censeurs de Postes Canada

Coup d'oeil sur cet article

On apprenait jeudi que certains facteurs de Postes Canada se sentent mal à l’aise de diffuser le quotidien anticommuniste chinois Epoch Times. Ils préféreraient ne pas le distribuer.

Ils en ont fait part à leur syndicat qui se dit sensible à leurs préoccupations. Je n’ai nulle sympathie pour ce journal qui verse dans le manichéisme et a le mauvais goût d’être ennuyant, mais mes sympathies ou celles des facteurs n’ont absolument rien à voir avec cette controverse. 

Les facteurs de Postes Canada sont-ils en droit de choisir quels journaux ils livreront en fonction de leurs préférences idéologiques ? 

Epoch Times

Peuvent-ils décider de ne pas distribuer certains titres parce qu’ils désapprouvent ce qu’on y trouve ? 

Le simple fait de se poser ces questions démontre à quel point nous avançons dans une société intellectuellement intolérante.  

Quelle sera la prochaine étape ? 

Car, dès lors, si on accorde au service postal le droit de trier entre les publications selon des critères idéologiques, on légitime comme jamais auparavant la censure. 

Un facteur souverainiste peut-il refuser de distribuer The Gazette

Un facteur fédéraliste peut-il décider de ne plus livrer la revue nationaliste L’Action nationale

Il faut bien le constater : si l’opinion publique, en général, s’émeut des cas de censure, ces derniers se multiplient. La cancel culture se déploie.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Fermeté

Il suffit de coller une sale étiquette sur un titre pour le bannir. Conspirationniste, haineux, extrême droite, intolérant : ces mots à peu près jamais définis servent de repoussoirs commodes pour se débarrasser d’une idée ou d’un contradicteur.

La suite est prévisible : chaque chapelle idéologique trouvera ses tabous à censurer. Devant les facteurs censeurs, Postes Canada devrait faire preuve d’une grande fermeté. Et quant au syndicat, plutôt que de se montrer complaisant envers ses membres tentés par la censure, il devrait faire preuve de courage et les confronter pour les ramener à la raison.