/news/politics
Navigation

Les vêtements pour enfants sont essentiels, dit le PQ

PSPP veut qu’on les considère au même titre que la nourriture

Child´s legs over a frozen ground in winter
Photo adobe stock

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir reçu de nombreuses plaintes en ce sens, le Parti Québécois (PQ) demande au gouvernement Legault de reconnaître les vêtements pour enfants comme un bien essentiel, au même titre que la nourriture.

« Les vêtements pour enfants, ce n’est pas simple à acheter en ligne. [...] Des bottes, des manteaux d’hiver... Il y a plusieurs types de vêtements pour enfants qu’on ne peut pas tout simplement acheter en ligne, il faut les essayer, il faut voir si ça convient », explique le chef du PQ, Paul St-Pierre Plamondon.

C’est à la suite de plusieurs témoignages, notamment de parents qui ont dû envoyer leur enfant à l’école sans bottes parce qu’ils étaient incapables de s’en procurer, qu’il a voulu souligner le problème à la CAQ. 

« De toute évidence, le gouvernement a sous-estimé ce besoin-là pour les familles, il y a un problème généralisé. Il faut le traiter comme une épicerie : on pourrait tout commander en ligne, mais on permet les épiceries parce qu’on considère que le choix de nourriture est essentiel », affirme M. St-Pierre Plamondon.

Plus de clarté

Mais cette permission, si elle est accordée, ne doit pas bénéficier uniquement aux magasins à grande surface, prévient-il. Les petits commerces québécois de linge pour enfants et les sections des friperies réservées à cette clientèle doivent rouvrir aussi.

Par ailleurs, le chef du PQ souhaiterait que le premier ministre du Québec ait une directive claire concernant le matériel scolaire. D’après des témoignages de parents, il y aurait une certaine confusion sur ce plan dans plusieurs commerces.

« Ça aussi, ça complique la vie des parents, mentionne-t-il. On n’a pas besoin d’un grand décret, mais simplement d’une directive plus claire de la part du gouvernement comme quoi la section de matériel scolaire doit demeurer ouverte. »

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Un enjeu ?

Questionné à ce sujet, le gouvernement Legault a affirmé, par le biais du directeur des communications du ministère de l’Économie, Mathieu St-Amand, qu’il allait vérifier auprès d’intervenants du milieu s’il s’agit bien d’un enjeu.

« C’est la raison pour laquelle nous avons annoncé, le 6 janvier dernier, que la cueillette à la porte des magasins est désormais permise. C’est une solution qui fonctionne jusqu’à présent et qui a été saluée par l’ensemble des commerçants », indique-t-on.

« Maintenant, pour l’enjeu spécifique des vêtements pour enfants, nous allons contacter les différents regroupements de commerçants afin de savoir si c’est un enjeu qu’ils constatent également. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.