/sports/opinion/columnists
Navigation

Assortiment performant pour la perchaude

Campeau perchaude
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Taquiner les poissons sous la croûte gelée est fort stimulant, surtout lorsque l’action est au rendez-vous.

La pêche blanche est une activité fantastique qui nous permet de nous mesurer à des adversaires qui ne demandent pas mieux que de mordre à nos offrandes. L’adepte doit simplement résoudre les énigmes quotidiennes que nous propose Mère Nature afin de trouver ce qui fera réagir les percidés visés.

Mis à part la pêche, il y a évidemment la préparation, les discussions, les attentes qui font partie de ces belles sorties en plein air. Il y a également un nombre accru d’amateurs qui, en cette période difficile de pandémie, souhaitent se changer les idées, passer du temps à l’extérieur, admirer les paysages, etc. 

À retenir

Comme le dit si bien l’expression populaire, tant qu’à y être... justement, tant qu’à y être, aussi bien maximiser vos chances de déjouer de belles perchaudes qui réjouiront, le soir venu, les gourmets et les gourmands.

Lorsque je suggère d’ajouter un méné ou une partie de ce dernier, vous devez vous assurer que leur utilisation est légale dans le secteur que vous exploitez. 

J’indiquais, la semaine dernière, qu’il fallait opter en tout temps pour un fil fin et invisible. Cette suggestion est encore plus importante pour la perchaude. Un copolymère de 2, de 3 ou de 4 livres de résistance est amplement résistant pour la capture de cette espèce.

Voici donc les recommandations de plusieurs intervenants dans le domaine que j’ai cumulées. 


Campeau perchaude
Photo courtoisie

Nymphe des glaces : Ce grand classique devrait trouver une place de choix dans tous les coffrets. Ce sont surtout des artisans qui les fignolent en moulant la forme de leur corps avec du plomb sur la hampe d’un hameçon. Ces bibittes, comme on les appelle, sont offertes dans une vaste palette de couleurs. Personnellement, j’aime bien celles qui sont assez massives et trapues.


Campeau perchaude
Photo courtoisie

Tungsten Toad : Cette offrande de Lindy est fabriquée avec du tungstène, un métal dur et plus dense que le plomb, qui, taille pour taille, s’enfonce plus rapidement vers les profondeurs. Il est également reconnu pour transmettre plus facilement les touches et les transitions. Ce petit colosse est offert en trois grandeurs et en 10 coloris. L’ajout d’un asticot ou d’un leurre souple est un atout. 


Campeau perchaude
Photo courtoisie

Glow Spoon : Cette cuillère plastifiée à l’ondulation unique, à laquelle on a greffé un bâtonnet lumineux remplaçable pour illuminer le monde marin, ne passe pas inaperçue. Ajoutez à cela une chambre d’entrechoquement avec des billes en tungstène et vous avez une recette gagnante. Disponible en trois grosseurs, les versions 1/16 et 1/8 sont plus adéquates pour les perchaudes de taille moyenne. 


Campeau perchaude
Photo courtoisie

W10 Wabler : Grâce à sa strie stabilisatrice, cette cuillère de 1/16 d’once, d’une longueur de 2,5 cm, ne tournoie pas sur elle-même lorsqu’on la récupère doucement comme un yo-yo. Son placage en argent véritable imite, pour sa part, les reflets occasionnés par les écailles des vairons. Une tête de méné installée sur la tige du trépied rehaussera la présentation et demeurera bien en place. 


Campeau perchaude
Photo courtoisie

Syclops S0 : Les leurres de cette gamme ont aidé des millions de pêcheurs à obtenir les résultats souhaités. Les 10 surfaces galbées et réfléchissantes combinées à son profil en forme de S et à sa nage sinusoïdale, comme un petit poisson, rendent cette offrande de 5 cm, de la compagnie Mepps, tout à fait irrésistible. Il suffit de l’exploiter de bas en haut, de la faire vibrer et de faire des pauses.


Campeau perchaude
Photo courtoisie

Lindy Perch Talker : Cet agencement de billes de laiton et de disques colorés forme un amalgame particulier qui génère des reflets, des vibrations et des sons attrayants. Une chaînette sépare la portion supérieure. Ainsi, les poissons méfiants peuvent rester à distance et s’élancer la gueule grande ouverte sur un petit méné, un ver, un leurre souple ou des asticots installés sur le trépied.


Campeau perchaude
Photo courtoisie

Quiver Spoon : La forme arquée de cette cuillère confectionnée avec de l’étain la force à onduler lorsqu’on la soulève, et à zigzaguer lorsqu’on la laisse redescendre doucement. Les reflets qu’elle engendre, l’œil situé près de l’œillet et le trépied de couleur rouge sang attirent inévitablement les perchaudes à la recherche d’un lunch. N’hésitez pas à y ajouter un méné ou un leurre souple. 


Campeau perchaude
Photo courtoisie

Buck Shot : Fabriquée de métal, cette présentation de la firme Northland est équipée d’une chambre sonore bruyante avec des billes en laiton. Sa robe est hautement réfléchissante grâce à son fini holographique, qui imite des écailles de cyprin. Quand il a des saccades, il se déhanche lourdement de gauche à droite. L’ajout d’une offrande secondaire est suggéré pour accroître le tout. 


Campeau perchaude
Photo courtoisie

Atomic Teaser : Cette invitante combinaison mariant un petit tube à un ver souple a fait ses preuves à maintes occasions. Proposée avec une tête plombée d’un poids de 1/16 ou de 1/32 d’once, elle tournoie lentement à sa descente comme s’il s’agissait d’une proie en difficulté. Faites-la sautiller dans la colonne d’eau, puis laissez-la pendre au bout du fil en faisant vibrer le bout de la canne.


Campeau perchaude
Photo courtoisie

Micro Nymphe : Ces imitations convaincantes, dotées de sept appendices qui bougent au rythme des saccades, plaisent assurément aux perches de toutes tailles. Offertes en couleur citrouille poivrée, noire ou brune et orange, elles sont offertes en paquet de 30, soit 10 de chaque teinte. Ces Mister Twister fonctionnent à merveille sur une tête plombée de 1/32 ou 1/16 d’once ou en drop shot.


Campeau perchaude
Photo courtoisie

Puppet Minnow : Ce jig métallique horizontal est équipé de deux hameçons simples aux extrémités, d’un trépied sous le ventre et d’un déflecteur en forme de V inversé sur la portion arrière qui le force à se déplacer en exécutant des demi-cercles lorsqu’on l’exploite. Le PMD1 pèse 1/8 d’once et mesure 3,8 cm. L’adepte a intérêt à jigger de façon semi-agressive et à faire des pauses.


Campeau perchaude
Photo courtoisie

Jigging Rap : Lorsqu’on parle du Puppet Minnow, il faut absolument présenter la version de Rapala. Cette offrande de zinc tournoie sur un axe plus large et effectue un vol plané plus accentué dans sa plonge. Offert en cinq tailles, c’est le modèle W2 de 3,2 cm pesant 1/8 d’once qui est le plus indiqué pour les petits prédateurs visés. L’ajout d’une tête de méné sur le trépied ventral est conseillé. 


Campeau perchaude
Photo courtoisie

Swedish Pimple Ice : Cette cuillère suédoise légèrement incurvée a fait sa place au pays depuis plus de 65 ans. L’utilisateur peut simplement jigger de bas en haut ou donner des petits coups secs vers le haut pour la laisser redescendre sans tension. Un attracteur de plastique rouge orne le trépied afin de rendre la présentation encore plus intéressante. Un ver ou un méné rehausse le tout. 


Campeau perchaude
Photo courtoisie

Lil’Foxee 45 : Ce leurre se dandinant verticalement imite un petit vairon voulant s’alimenter. Il pointe du nez entre chaque saccade, comme s’il tentait d’aller chercher de la nourriture au fond. Sa robe holographique reproduit bien les reflets dans la colonne d’eau. Sa queue avec des plumes augmente le profil global et elle suit les mouvements imposés par le manieur de canne. 


Campeau perchaude
Photo courtoisie

Frostee Spoon : Cette mini-offrande, de 1/16 d’once, est facile à reconnaître puisqu’elle ressemble à un petit bonhomme de neige. Son œil surdimensionné, son fini holographique super luisant et son trépied rouge vif contribuent à son succès auprès des pêcheurs et des poissons. L’addition d’asticots, d’une tête de méné ou d’un micro leurre souple aidera à motiver encore plus les perchaudes. 

Pêche blanche : une vraie mordue 

Campeau perchaude
Photo courtoisie

Le moins que l’on puisse dire de Caroline Gaudreau, de Mirabel, c’est qu’elle est une réelle passionnée de pêche sous la glace et qu’elle est incroyablement patiente et tenace. Imaginez, cette dame de 50 ans a passé 47 journées consécutives dans sa cabane sur le lac des Deux-Montagnes. Elle ne sortait que quelques minutes par jour pour aller se doucher. Mis à part une petite quantité de spécimens qui ont été conservés pour consommation, tous les dorés, les brochets et les perchaudes ont été graciés au fur et à mesure qu’elle les capturait.  

De tout pour tous 

En eau libre, la plupart des gens comprennent que, pour avoir de meilleurs résultats, ils doivent opter pour une approche subtile. Dans un monde idéal, il faudrait arrêter son hors-bord plusieurs centaines de mètres avant d’arriver à son site de prédilection et s’approcher à pas feutrés en se servant d’un moteur électrique pour ne pas apeurer les diverses espèces qui vivent paisiblement dans leur environnement. Lorsque la surface des plans d’eau gèle, les adeptes auraient intérêt à faire de même. Il faut toutefois inévitablement utiliser une tarière manuelle ou mécanique pour forer la glace et cela engendre tout un vacarme. Ce type de bruit peut parfois attirer certains prédateurs curieux, mais cela n’occasionne pas des conditions optimales. Après avoir percé les trous, tentez de réduire le remue-ménage. Pour ne pas rendre les poissons encore plus suspicieux, ne lancez pas d’articles par terre et évitez de vous déplacer à proximité de vos brimbales avec une voiture ou un véhicule motorisé. 


► Je vous invite à me suivre sur Facebook.