/world/opinion/columnists
Navigation

Autant en emporte le vent de changement

Coup d'oeil sur cet article

L’ambiance à la Maison-Blanche, une centaine d’heures depuis le départ de Donald Trump ? Tout platement calme. Calme comme dans « le calme après la tempête ». Dommage, parce que ça ne durera pas.

Cette tempête, ce ne sont pas que les quatre années de tourmente qu’a été la présidence du milliardaire, mais plus encore les deux derniers mois et demi depuis sa défaite électorale. Les prétentions les plus délirantes sur une fraude électorale massive favorisant Joe Biden ont abouti à l’assaut sauvage du Capitole.

Je ne me plaindrai donc pas qu’à cette explosion de violence, de haine et de honte succède un début de présidence Biden ordonné, normal, presque ennuyeux. Les journalistes seront accusés de complaisance, mais croyez-moi, le réflexe tient davantage au stress post-traumatique. Un peu de couleur et de candeur, ça nous change.

Le début d'un temps nouveau

De la couleur comme avec cette équipe des communications entièrement féminine ou ces nominations d’un Afro-Américain à la Défense, d’une Amérindienne à l’Intérieur et d’un homosexuel aux Transports.

De la candeur comme celle de l’immunologue Anthony Fauci qui apprécie qu’on s’en tienne tout bonnement aux faits et à la science. Et cette incrédulité devant trois jours consécutifs d’horaire présidentiel respecté, sans soubresaut provoqué par un quelconque commentaire entendu à la télé.

Un plaisir éphémère

Dans deux semaines, le procès en destitution de Donald Trump au Sénat viendra brouiller la paix ambiante. Ses proches laissent déjà filtrer qu’il prévoit utiliser la procédure pour rabâcher ses allégations sans fondement d’élection volée, ce « Big Lie », comme il l’appelle.

Ce « grand mensonge » – qui a conduit, répétons-le, à l’assaut du parlement des États-Unis par une foule de fanatiques – n’a apparemment pas perdu de son attrait auprès d’une majorité des 74 millions d’Américains qui ont voté pour Trump.

Au point où l’ancien président compte employer une bonne portion des 200 millions de dollars récoltés au cours de sa folle cabale des dernières semaines pour écarter les 10 courageux élus républicains qui ont voté en faveur de sa mise en accusation à la Chambre des représentants. C’en serait devenu, dit-on, une obsession.

Se méfier de l'eau qui dort

Donald Trump a cédé sa place au cœur de l’actualité politique, mais ce qui a nourri son ascension et marqué sa présidence ne s’est pas dissipé : le racisme et les difficultés économiques de la classe moyenne ; la désinformation et l’endoctrinement.

Megan Stack, journaliste au magazine The New Yorker, raconte une histoire obsédante. Une de ses amies, parlant des partisans de Trump, s’est servie d’une phrase souvent entendue après l’invasion américaine de l’Afghanistan : « Ils ont enlevé leurs turbans », en référence aux talibans qui se sont rapidement fondus dans la population.

Cette semaine a appartenu à Joe Biden et son équipe. Inévitablement, avec les dizaines de milliers de soldats et de policiers à travers Washington, il n’y avait pratiquement pas trace des partisans enragés de son prédécesseur. Ils étaient pourtant là, il y a une semaine à peine. À quand le retour des casquettes rouges ? 

Une présidence de précédents historiques  

Lloyd Austin

Photo AFP
  • Secrétaire à la Défense 
  • Premier Noir à la tête du Pentagone   

Janet Yellen

Photo AFP
  • Secrétaire au Trésor 
  • Première femme aux Finances, après avoir été la première femme à diriger la FED, la banque centrale   

Alejandro Mayorkas

Photo AFP
  • Candidat, secrétaire à la Sécurité intérieure 
  • Premier Latino et premier immigrant (il est né à Cuba) à ce poste   

Avril Haines

Photo AFP
  • Directrice du Renseignement national 
  • Première femme à superviser toutes les agences de Renseignement   

Pete Buttigieg

Photo AFP
  • Candidat, secrétaire aux Transports 
  • Premier membre ouvertement homosexuel d’un cabinet   

Deb Haaland

Photo AFP
  • Candidate, secrétaire à l’Intérieur 
  • Première Amérindienne membre d’un cabinet   

Kamala Harris

Photo AFP
  • Vice-présidente 
  • Première femme et première Noire à ce poste   

Joe Biden

Photo AFP
  • Président 
  • À 78 ans, le plus vieux président à prêter serment