/news/coronavirus
Navigation

Une montréalaise de 97 ans a reçu deux vaccins différents

Antonietta Pollice a reçu deux vaccins différents contre la COVID-19.
PHOTO COURTOISIE Antonietta Pollice a reçu deux vaccins différents contre la COVID-19.

Coup d'oeil sur cet article

En raison d’un transfert de CHSLD, une dame de 97 ans a reçu deux doses de vaccins différents, soit celui de Moderna et celui de Pfizer/BioNTech, sur une période de deux semaines.

Alors qu’elle résidait au feu CHSLD Herron, désormais géré par le CIUSSS de l’Ouest-de-l’île-de-Montréal (CIUSSS-ODIM), Antonietta Pollice avait reçu sa première dose du vaccin de Moderna le 7 janvier dernier.

Mais après que les exploitants du CHSLD Herron eurent décidé de cesser leurs activités au mois de novembre, le CIUSSS-ODIM a fait savoir que les résidents seraient transférés ailleurs dans le réseau. Mme Pollice a été temporairement transférée au CHSLD Joseph-François-Perrault le 11 janvier, en attendant une place permanente au CHSLD Dante.

Antonietta Pollice a reçu deux vaccins différents contre la COVID-19.
PHOTO COURTOISIE

«La semaine où elle est arrivée là-bas, je reçois un appel me demandant si elle pouvait recevoir le vaccin de Pfizer», a expliqué sa fille, Patrizia Di Biase-Leone, à l’Agence QMI.

«J’ai dit que non, que ma mère l’avait déjà reçu le 7 janvier à 11 heures du matin. C’était le vaccin de Moderna. J’ai aussi dit que c’était dans son dossier médical, qu’ils sont censés avoir.»

Cependant, les choses se sont déroulées autrement.

«Vendredi, je reçois l’appel d’une infirmière qui me dit: "Je suis vraiment désolée, mais votre mère a reçu un vaccin, le mauvais vaccin, celui de Pfizer"», a raconté Mme Di Biase-Leone.

Alors que la distribution du vaccin se faisait au CHSLD Joseph-François-Perrault, lui a-t-on expliqué, une infirmière qui faisait la tournée des chambres en compagnie d’une employée du CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal (CIUSSS-EMTL) a administré le vaccin de Pfizer à Mme Pollice, le 22 janvier, soit deux semaines après l’injection de sa première dose du vaccin de Moderna.

«J’ai commencé à m’inquiéter. J’ai appelé mon médecin de famille, Info-Santé, la Santé publique, pour les avertir de la situation», a-t-elle raconté, choquée.

Peu après, Mme Di Biase a reçu un appel de la part d’une travailleuse sociale du CHSLD Herron. Celle-ci lui a annoncé avoir fait les démarches nécessaires pour comprendre comment cette erreur a pu se produire.

«Finalement, la Santé publique m’a rappelé et m’a informé qu’il ne devrait pas y avoir de danger important, que ce sont deux vaccins à ARN, même si ce sont deux vaccins différents», a raconté Mme Di Biase à l’autre bout du fil.

La cheffe de l’unité du CHSLD aurait aussi rappelé Mme Di Biase pour s’excuser de la situation. On lui a indiqué que sa mère ferait l’objet d’un plus grand suivi.

Cette histoire a donné des sueurs froides à Mme Di Biase-Leone, qui souhaite que l’expérience de sa mère serve de leçon afin que l’erreur ne se reproduise plus ailleurs dans le réseau. «Vous ne pouvez pas effacer ce deuxième vaccin du système de ma mère», a-t-elle dit.

Joint par courriel, le CIUSSS-EMTL a indiqué avoir été mis au fait de la situation et qu’une évaluation était en cours, mais qu’il était trop tôt pour commenter ce cas particulier.

«Advenant qu’une telle situation se produisait, des processus rigoureux en lien avec l’équipe médicale, l’équipe de santé publique et l’équipe de prévention et de contrôle des infections seraient immédiatement mis en place. Nous serions également en lien avec la famille de l’usager pour les informer rapidement», a-t-on toutefois fait savoir.

Selon Mme Di Biaise-Lelone, sa mère pourrait tout de même recevoir la deuxième dose du vaccin de Moderna, mais il lui faudra attendre au moins trois semaines.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres