/sports/football
Navigation

Auclair au Super Bowl: «C’est au-delà de tous mes rêves», dit Glen Constantin

Glen Constantin se réjouit de voir Antony Auclair atteindre le Super Bowl pour la première fois de sa carrière

Anthony Auclair
Photo tirée de Instagram, Anthony Auclair En compagnie de l’ailier espacé Scotty Miller et avec Rob Gronkowski en arrière-plan, Antony Auclair n’a pas manqué de célébrer dans le vestiaire la victoire en finale de la conférence nationale, dimanche.

Coup d'oeil sur cet article

Glen Constantin a toujours eu des attentes élevées à l’égard de ses joueurs, autant anciens qu’actuels. Jamais, toutefois, il ne s’est permis de rêver de voir l’un de ses poulains se rendre au Super Bowl. Antony Auclair devient le premier produit du Rouge et Or football à atteindre ce summum avec les Buccaneers de Tampa Bay, et son ancien entraîneur-chef se pince pour y croire.

L’ailier rapproché, qui a porté les couleurs du programme de l’Université Laval de 2013 à 2016, en est à sa quatrième saison dans la NFL. Il sera seulement le sixième joueur natif du Québec à prendre part au Super Bowl, le 7 février, à Tampa. L’an dernier, c’était le garde des Chiefs de Kansas City, Laurent Duvernay-Tardif, qui réalisait le rare exploit.

« On va prêcher un peu pour notre paroisse, mais ça démontre à nos jeunes joueurs d’ici que tout est possible, et même à partir de nos programmes au Canada. Ça prend des gars comme Antony et Laurent pour paver la voie aux prochains. Plus on a de gars qui réussissent, plus d’autres opportunités vont se présenter », s’est exprimé Constantin, au lendemain de la victoire des Buccaneers aux dépens des Packers de Green Bay.

Rêve impossible

Le grand manitou du Rouge et Or se fait une fierté depuis longtemps de placer la barre haut pour ses hommes. À ses yeux, ce que s’apprête à vivre Auclair dépasse l’entendement.

« Je me suis toujours dit que pour le programme Rouge et Or, je voulais voir des joueurs franchir des étapes marquantes. Au départ, je rêvais de voir un de mes gars remporter un honneur individuel au niveau canadien. Le fait d’envoyer un premier joueur (Carl Gourgues) au East-West Shrine Bowl était aussi une étape importante pour moi.

« Tu veux voir tes gars percer dans les rangs professionnels et quand Antony l’a fait dans la NFL, c’était déjà extraordinaire. Juste de l’imaginer au Super Bowl, c’est au-delà de tous mes rêves. Ça ne pouvait même pas être dans ma liste tellement c’est gros»», jubile Constantin.

Un bon coéquipier

Lors des trois matchs éliminatoires des siens, Auclair n’a malheureusement pas été retenu parmi les 47 joueurs en uniforme, même s’il fait quotidiennement partie de l’alignement régulier de 53 joueurs.

Des détracteurs qui ressentent constamment le besoin de broyer du noir pourraient conclure qu’il ne contribue pas aux succès de son équipe. C’est pourtant tout le contraire et son apport à l’entraînement demeure important. Son rôle dans ce contexte consiste notamment à reproduire les tendances d’un adversaire qui évolue à sa position.

« Qu’il soit en uniforme ou non, il apprend le plan de match comme les autres et donne de bons looks aux entraîneurs. Je sais ce que c’est et ça nous permet de mieux travailler.

C’est sûr qu’il est déçu de ne pas jouer dernièrement, mais il comprend son rôle et il est un bon coéquipier », estime Constantin.

Expérience à savourer

Il est trop tôt pour savoir si Auclair aura l’opportunité de fouler le terrain pour le grand duel face aux Chiefs. Dans les circonstances, son ancien entraîneur demeure de bon conseil.

« J’ai dit à Antony que, peu importe son rôle, il doit le faire au meilleur de ses capacités et qu’il n’a pas le contrôle sur le reste. Il faut absolument qu’il profite au maximum de l’expérience et qu’il fasse le plein de souvenirs pour la vie.

« Il y a des joueurs étoiles dans cette ligue-là, même des membres du Temple de la renommée, qui n’ont jamais eu la chance de vivre le Super Bowl. Je ne pourrais pas être plus fier de lui », a conclu Constantin.

Sous ses ordres, Antony Auclair a soulevé deux fois la Coupe Vanier. C’est maintenant le trophée Vince-Lombardi qui est à la portée de celui qui a disputé à ce jour 40 matchs dans la NFL.