/news/coronavirus
Navigation

Retourner plus vite à l’école grâce aux tests rapides

Une école secondaire montréalaise en fera l’essai dans le cadre d’un projet-pilote

Calixa-Lavallée
Photo Chantal Poirier Le test de dépistage rapide d’Abbott s’apparente à un test de grossesse et donne un résultat en 15 minutes.

Coup d'oeil sur cet article

Les tests de dépistage rapide pourraient faire gagner du temps et éviter des tracas à bien des parents, des professeurs et des directions d’école si les résultats d’un projet-pilote qui vient d’être implanté dans une école secondaire sont concluants.

• À lire aussi: COVID-19: un test rapide développé au Canada est approuvé

• À lire aussi: COVID-19: les tests rapides pour prévenir les éclosions dans les écoles

« Ça change vraiment la donne, c’est comme gagner à la loterie », se réjouit Dominic­­­ Besner, le directeur de l’école secondaire Calixa-Lavallée, à Montréal-Nord. 

Son établissement a été choisi pour utiliser certains des 2,4 millions de tests rapides que Québec garde dans un entrepôt depuis des mois, dans le cadre d’un projet de recherche.

Les bénéfices sont nombreux, énumère le directeur : ils sont entre autres moins intrusifs que ceux qui vont jusqu’au fond de la narine et les résultats arrivent en aussi peu que 15 minutes. 

« Et au lieu d’aller faire la file à la clinique pour un test, [les élèves pourront] le faire à l’école », complète la directrice adjointe Sabine Codio.

Au cours des six prochains mois, une équipe de recherche se servira des tests d’Abbott pour dépister au hasard chaque semaine 25 % des enseignants et des élèves asymptomatiques qui auront accepté de participer au projet, ainsi que tous les élèves symptomatiques.

On espère ainsi couper la chaîne de transmission du coronavirus sans devoir attendre les résultats des tests habituels qui prennent au moins 24 heures à apparaître.

Les élèves pourront dorénavant retourner en classe après 7 jours s’ils reçoivent un résultat négatif, au lieu de 14 à l’heure actuelle, ce qui simplifierait la vie de nombreuses familles.

La moins grande sensibilité des tests rapides, souvent pointée du doigt, sera compensée par le nombre élevé de tests. 

Une expérience

Si les résultats sont au rendez-vous, le protocole pourrait être déployé dans d’autres écoles, avance la pédiatre microbiologiste-infectiologue Caroline Quach, qui dirige ce projet de recherche. 

« On craint l’arrivée des nouveaux variants [qui pourraient être plus contagieux], alors on a besoin d’une manière de rendre nos écoles sécuritaires », dit-elle.

Un défi s’est toutefois imposé pour recruter des participants dans ce quartier multi­ethnique du nord de Montréal, durement touché par le coronavirus. 

Démystifier le test

La direction de l’école a décidé d’envoyer des lettres aux parents d’élèves en cinq langues pour expliquer le projet, et d’impliquer des étudiants en concentration scientifique pour démystifier ces nouveaux tests auprès de leurs pairs. 

Maude Corbeil, 15 ans, explique aux étudiants d’une classe d’accueil comment prendre un échantillon du virus à une classe d’accueil.
Photo Chantal Poirier
Maude Corbeil, 15 ans, explique aux étudiants d’une classe d’accueil comment prendre un échantillon du virus à une classe d’accueil.

« On frotte l’écouvillon cinq secondes, on change de narine et cinq autres secondes. Après ça, on le met dans l’éprouvette, on casse le bâton, et on la ferme », explique en détail Maude Corbeil, en 4e secondaire, à une classe d’accueil qui regarde attentivement ses gestes. 

L’élève de 15 ans « passionnée des sciences » espère être parmi les cinq élus de son programme qui pourront participer activement au projet de recherche, auquel s’est greffée une visée pédagogique. 

« On aimerait qu’ils rédigent une partie des résultats spécifiquement sur Calixa-­Lavallée. Le but, c’est de les engager dans la démarche scientifique », souligne la Dre Quach.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres