/news/transports
Navigation

Dix ans de travaux en vue au stationnement D’Youville

Les utilisateurs devront prendre leur mal en patience jusqu’en 2032

Quebec
Photo Stevens LeBlanc La Ville de Québec veut profiter du futur chantier pour réaménager l’entrée et la sortie du stationnement.

Coup d'oeil sur cet article

Après le stationnement du complexe G, celui de la place D’Youville au centre-ville subira à son tour une cure de rajeunissement qui s’échelonnera sur une «dizaine d’années», a appris Le Journal.

La Société québécoise des infrastructures (SQI) est encore au stade de la planification de ce grand chantier.

Selon toute vraisemblance, il ne débutera pas en 2021 même s’il est inscrit dans la liste des projets que le gouvernement Legault souhaite accélérer, dans la région de la Capitale-Nationale, pour la relance de l’économie.

«On analyse différents scénarios sur le plan technique pour ces travaux-là, mais ce n’est pas arrêté encore. Je ne crois pas que ça va être en 2021», confie le porte-parole de la SQI, Martin Roy.

Ce dernier est cependant catégorique sur la durée du chantier. Il évoque un «horizon d’une dizaine d’années», voire «un peu plus» pour la réfection majeure du stationnement de 1250 cases construit en 1972.

Les travaux, en plusieurs phases, s’étireront sur une décennie afin de conserver en tout temps un certain nombre de cases disponibles.

Infiltrations d’eau

Lors d’une visite du stationnement D’Youville, <i>Le Journal</i> a pu observer des problématiques évidentes par endroits : du béton qui s’effrite, des cases condamnées, des poteaux de métal temporaires en renfort, des infiltrations d’eau et beaucoup de glaçons.
Photo Stevens LeBlanc
Lors d’une visite du stationnement D’Youville, Le Journal a pu observer des problématiques évidentes par endroits : du béton qui s’effrite, des cases condamnées, des poteaux de métal temporaires en renfort, des infiltrations d’eau et beaucoup de glaçons.

À première vue, même si son état général ne semble pas indiquer une décrépitude avancée – parce qu’il a subi plusieurs travaux correctifs au fil des ans – le stationnement souterrain révèle des problématiques et des signes évidents de vétusté par endroits, surtout aux étages inférieurs, a-t-on pu constater.

Des cases ont été condamnées sur certains niveaux, des poteaux soutiennent quelques poutres ici et là, des armatures d’acier dénudées font leur apparition avec l’effritement du béton, les murs de roc suintent et les glaçons pullulent en raison d’infiltrations incontrôlables.

Lors d’une visite du stationnement D’Youville, <i>Le Journal</i> a pu observer des problématiques évidentes par endroits : du béton qui s’effrite, des cases condamnées, des poteaux de métal temporaires en renfort, des infiltrations d’eau et beaucoup de glaçons.
Photo Stevens LeBlanc
Lors d’une visite du stationnement D’Youville, Le Journal a pu observer des problématiques évidentes par endroits : du béton qui s’effrite, des cases condamnées, des poteaux de métal temporaires en renfort, des infiltrations d’eau et beaucoup de glaçons.

La SQI évoque des défauts de conception qu’il faut désormais corriger pour assurer la pérennité de la structure. «Bien que la SQI ait mis en place toutes les actions requises d’entretien, il n’en demeure pas moins que la structure du stationnement demeure vieillissante. Le concept structural d’origine entraîne des problématiques d’infiltrations d’eau dues aux pentes de drainage inexistantes et au nombre insuffisant de drains», explique Martin Roy.

Les gicleurs, les ventilateurs, le groupe électrogène et la plomberie doivent également être refaits à neuf.

Aucune estimation de coûts

À ce stade-ci, la SQI dit n’avoir encore aucune idée du montant de la facture pour ce chantier.

À titre d’exemple, celui de l’édifice Marie-Guyart (complexe G) qui a débuté en 2011 et sera complété officiellement cette année, 10 ans plus tard, avait été évalué à 59 M$.

Le montant final sera toutefois revu à la baisse grâce à des «économies appréciables» réalisées en cours de route, a-t-on indiqué au Journal

La Ville veut réaménager les voies d’entrée et de sortie  

La Ville de Québec collabore avec la Société québécoise des infrastructures et compte profiter du chantier à venir pour réaménager les accès au stationnement D’Youville qui sont sous sa juridiction.

Avant les Fêtes, l’administration Labeaume a accordé un contrat de 99 740 $, de gré à gré, à la firme d’architectes CCM2 pour la réalisation d’une «étude de faisabilité sur le réaménagement de l’entrée du stationnement et ses abords immédiats».

«Puisque la SQI compte rénover le stationnement de la place D’Youville, la Ville doit prévoir l’ajustement des voies d’entrée et de sortie des automobiles et des piétons devant le stationnement puisqu’elles font partie du réseau municipal. L’étude doit permettre de dégager un concept d’aménagement viable, que la SQI pourra intégrer au projet», précise le porte-parole de la Ville, David O’Brien.

Critiques de Labeaume en 2015

En 2015, le maire Régis Labeaume avait critiqué la configuration des lieux, en prévision de la construction du théâtre Le Diamant de Robert Lepage.

«L’accès au stationnement est vraiment compliqué. Il faut qu’on fasse une job là», avait-il déclaré.

Qualifiant ce secteur de «très laid», il était allé encore plus loin en disant vouloir réaménager complètement la place D’Youville.

«Concernant le réaménagement de la place D’Youville proprement dit, la Ville est en réflexion, mais n’a pas de détails à dévoiler pour le moment», a indiqué au Journal M. O’Brien.

Travaux pour la patinoire

Un autre chantier sera aussi lancé cette année dans le secteur. Après avoir refait la dalle de la patinoire de la place D’Youville en 2016, la Ville de Québec s’attaque cette fois au remplacement du système de réfrigération qui alimente la patinoire et qui sert également à climatiser le Palais Montcalm.

L’appel d’offres a été lancé récemment pour ce chantier évalué à 2,5 M$. Les travaux n’auront pas d’incidence sur la saison de patinage puisqu’ils seront réalisés entre le 1er avril et la fin octobre. 

La Ville de Québec ne prévoit aucune entrave à l’extérieur puisque les ouvriers s’affaireront dans la salle de réfrigération située à l’intérieur du pavillon des patineurs et à l’intérieur du Palais Montcalm.

Les ouvriers devront respecter un calendrier préétabli et un horaire strict afin d’éviter de nuire aux occupants du Palais Montcalm, aux spectacles (virtuels ou non) ou séances d’enregistrements qui s’y tiendront.