/opinion/columnists
Navigation

Tant de milliards, mais si peu de vaccins

Coup d'oeil sur cet article

Le Canada a encore dû réviser à la baisse sa campagne de vaccination, hier, à la suite d’autres mauvaises nouvelles de Pfizer pour février. La campagne canadienne bat de l’aile et nous fait constater à quel point nous nous retrouvons dans une extrême position de faiblesse dans la quête de doses.

Le Canada n’a pas de rapport de force puisqu’il n’est qu’un petit pays acheteur. Les États-Unis ont investi 10 milliards $ dans l’opération Warp Speed. De surcroît, ils sont bien pourvus en usines de production de vaccins. Aujourd’hui, ils sont dans le siège du conducteur. 

L’Union européenne a mis au front près de 3 milliards $ pour le développement de vaccins. Ils ont même pris le risque de perdre leur argent si jamais l’un des vaccins n’était pas efficace au terme des essais cliniques. En retour, ils se garantissaient un approvisionnement.

C’est sur cette base que l’Union européenne vient de mettre sous contrôle toutes les sorties de vaccins en dehors de l’Europe. Monsieur Trudeau a fait une intervention auprès de la présidente de la Commission européenne. Elle lui a garanti que les livraisons vers le Canada seraient protégées. Nous disons merci la tête basse.

L’erreur

Compte tenu de sa faible population et de son influence limitée, le Canada aurait dû sortir le chéquier le printemps dernier pour se positionner dans le développement des vaccins. Tenter de devenir partenaire avec les États-Unis, essayer de s’associer aux efforts de l’Europe ou s’engager directement avec les compagnies. 

Investir dans le développement du vaccin et probablement aussi dans des usines de production ici ou ailleurs. En résumé, il fallait devenir l’un des partenaires importants qui ont mis beaucoup d’argent sur la table, plutôt qu’un acheteur parmi tant d’autres. 

Tellement de dépenses

Il aurait fallu avancer 1 milliard $ ? 2 milliards $ ? Cela vous paraît beaucoup ? Ce gouvernement a dépensé 82 milliards $ pour la PCU. De ce montant, les études préliminaires parlent de dizaines de milliards $ versés à des gens qui n’étaient pas vraiment dans le besoin. Près de 1 milliard $ a été versé à des adolescents sans responsabilités financières.

Entre 5 et 10 milliards $ de dollars supplémentaires ont été versés aux aînés et aux familles sans être certain que l’aide allait à des gens qui avaient perdu des revenus dus à la pandémie. La subvention salariale a coûté plus de 50 milliards $.

Au total, le déficit qui devait être d’une vingtaine de milliards $ dépassera les 400 milliards $. Sérieusement, dans une telle orgie de sorties d’argent, comment a-t-on pu négliger de mettre le paquet sur ce qui avait le potentiel de nous sortir du merdier : le vaccin.

Notre seule initiative fut annoncée le 16 mai : une entente entre le Conseil national de recherches du Canada et la firme chinoise CanSino. Les Chinois nous ont laissé tomber. Selon le Globe and Mail, ils avaient commencé à nous jouer dans le dos trois jours après. Naïveté ?

Nous sommes frustrés d’être pris pour courir après des vaccins ? Nous avons couru après.