/misc
Navigation

Roberge est encore l’homme de Legault

POL-ROBERGE-MASSE
Capture d'écran TVA Nouvelles Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge.

Coup d'oeil sur cet article

L’alliance des professeurs de Montréal a beau réclamer un remaniement, la péquiste Véronique Hivon peut dire qu’il est « minuit moins cinq » ; le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, n’est plus au bord du précipice.

Il y a encore beaucoup de pression sur le ministre de l’Éducation. La situation s’explique surtout par les tensions liées à la pandémie. Mais les longues négociations qui perdurent depuis 14 mois avec les syndicats n’y sont pas étrangères.

À mon avis, le véritable test s’est présenté à la rentrée scolaire d’automne, dans un contexte où tant les parents, les profs que les directions d’école avaient des récriminations contre le ministre, à qui l’on reprochait moult tergiversations à l’approche du moment crucial.

J’avais écrit d’ailleurs en août qu’il allait jouer son mandat.

Si la situation avait foiré dans les écoles, je crois que la cause aurait été entendue, et que Roberge aurait rejoint MarieChantal Chassé, Sylvie D’Amours et Danielle McCann au rayon des rétrogradations.

Mais, somme toute, les écoles ont traversé la tempête sans trop de heurts.

Il y a eu des cas de COVID, bien sûr, des éclosions. 

Et je sais, la tâche est lourde, plus stressante encore, pour des enseignants déjà surtaxés et épuisés.

Mais, même lorsqu’il y avait 1400 classes fermées avant les vacances de Noël, il ne faut pas perdre de vue que plus de 95 % des classes étaient ouvertes. Et surtout, dans les cas de fermeture, les élèves ont pu continuer leur apprentissage à distance, partout au Québec. Le matériel technologique n’a pas manqué.

  • Écoutez la chronique politique de Rémi Nadeau, chef du Bureau parlementaire à Québec, sur QUB radio:

Des corrections

La situation est loin d’être parfaite. 

Le protocole pour les tests d’air effectués dans les écoles paraît cousu de fil blanc. La mise en place d’une plateforme pour recruter des tuteurs qui aideront les élèves en difficulté a tardé, après une annonce paraissant un peu improvisée au retour des Fêtes.

Le bureau du PM envoie le directeur des communications de la ministre Geneviève Guilbault au secours du titulaire de l’Éducation, ce qui pourrait être interprété comme une dernière chance pour le sauver du gouffre.

Mais les sources gouvernementales assurent qu’il n’en est rien. « Roberge a exactement la même vision que le premier ministre et M. Legault ne voit pas un autre ministre de l’Éducation, le seul qu’il voit là, c’est lui », résume-t-on.

On soutient que la nomination de Jean-François Del Torchio comme directeur stratégique à son cabinet permettra de corriger toutefois certains « ratés dans l’exécution ».

Le ministre annonce parfois des changements qu’il met du temps à concrétiser.

Dans les câbles ?

Dans le réseau, c’est une critique qui a été formulée à maintes reprises. Des mesures sanitaires ont été prises au compte-gouttes, mais, là-dessus, Roberge a été à la merci des décisions de la Santé publique, qui peuvent évoluer dans une même journée.

Il est clair que des élèves ont pris du retard, mais pouvait-on vraiment croire qu’une pandémie mondiale forçant la fermeture des écoles n’aurait pas d’impact ?

L’important est de s’atteler à en minimiser la portée le plus possible.

Et la présence de Del Torchio, un compagnon de la première heure lors de la fondation de la CAQ, pourrait permettre de détendre l’atmosphère dans un cabinet tendu, tout en permettant de mieux prévenir les coups.

Jean-François Roberge a tout de même réussi un tour de force en mettant sur pied une formation accélérée de préposés aux bénéficiaires, en plein été, à la demande expresse du premier ministre.

Il a aussi transformé les commissions scolaires et lancé les chantiers pour les nouvelles écoles.

Ses détracteurs ont l’impression qu’il est dans les câbles et que le coup fatal est proche.

Mais je ne crois pas... 

Le PQ vite sur la gâchette  

POL-ROBERGE-MASSE
Capture d'écran TVA Nouvelles

L’espace médiatique est plus rare pour les partis d’opposition depuis la pandémie. Mais le PQ a tiré son épingle du jeu en ce début d’année. Sa proposition de limiter les frais de livraison de Uber Eats aux restaurateurs est envisagée par le gouvernement. Une forte sortie pour des mesures sanitaires plus souples dans l’Est-du-Québec et sa demande pour que les vêtements d’enfants soient considérés comme des biens essentiels ont fait mouche aussi. 

Arruda et les avocats  

Horacio Arruda
Photo d'archives
Horacio Arruda

Est-ce que le Québec peut légalement imposer une quarantaine aux voyageurs à leurs frais à l’hôtel en vertu de la Loi sur la santé publique ? Mardi, le Dr Arruda ne pouvait répondre à cette question, alors que François Legault menaçait pourtant la semaine précédente de prendre le taureau par les cornes si Ottawa ne bougeait pas. Heureusement, Justin a dégainé vendredi...