/opinion/columnists
Navigation

Ne gardez pas ça pour vous

Coup d'oeil sur cet article

C’est la semaine nationale de prévention du suicide. À cette occasion, on répétera qu’il est important de s’exprimer quand on ne va pas bien. Qu’il y a beaucoup plus de force que de faiblesse dans le fait de demander de l’aide.

C’est encore plus important d’en parler en temps de COVID-19, car le confinement nous prive de certaines de nos stratégies d’adaptation. Quand quelqu’un ne va pas, on lui conseille généralement de voir les gens qu’il aime ou de faire les activités qui lui font du bien. Pas simple, dans le contexte...

Se confiner sans chialer?

Jusqu’ici dans la pandémie, les chiffres ne montrent pas d’augmentation des suicides au Québec. On remarque toutefois que les appels auprès des ressources de prévention se sont multipliés. Selon les intervenants, c’est signe que nos mécanismes d’entraide se sont activés. Nous prenons soin les uns des autres.

Ce n’est pas égal, toutefois. Ces temps-ci, on entend beaucoup de gens qui, sans doute épuisés eux-mêmes, demandent aux autres d’arrêter de se plaindre. Qui pensent aider en rappelant que ce serait pire d’être intubés ou de vivre un conflit mondial. Il faudrait vivre l’ennui, l’isolement, l’épuisement professionnel, la perte de nos emplois ou la mort de nos projets et ça ne devrait pas nous déranger. Il faudrait se la fermer dès lors qu’on mange trois repas par jour.

Or, c’est le contraire qu’il faut faire.

Dites-le

La pandémie n’est pas un concours. À la fin, le dentiste ne vous donnera pas une brosse à dents si vous avez bien fait ça. Horacio ne collera pas de gommette dans le cahier des bons élèves. 

Si vous n’allez pas bien, ne gardez pas ça pour vous. Dites-le. N’attendez pas de penser en finir avant d’en parler à vos proches, d’appeler au bon endroit ou de l’écrire sur Facebook, si ça vous fait du bien. Il y aura quelqu’un pour vous entendre, c’est certain.

Et ceux que ça perturbe, bien, ils iront lire autre chose.

Besoin d’aide pour vous ou un proche ?


LIGNE QUÉBÉCOISE DE PRÉVENTION DU SUICIDE
  • 1-866-APPELLE (277-3553)
CENTRE DE PRÉVENTION DU SUICIDE DE QUÉBEC
ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE PRÉVENTION DU SUICIDE