/weekend
Navigation

Trois écorchés de la vie se dévoilent

Christian Tétreault
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Christian Tétreault fait le portrait de trois écorchés de la vie rencontrés pendant son propre séjour dans une maison de thérapie dans son nouveau livre, Bums. Il raconte la vie, les frasques et la rédemption de Ti-Gars, Rusty Cat et Jeep... trois individus qui n’ont pas eu la vie facile. Trois gars qui en ont vu de toutes les couleurs, et qui se sont ouverts à lui en toute confiance.

 La vie des trois hommes auxquels Christian Tétreault s’est intéressé n’a pas été de tout repos. Ti-Gars a perdu son père à l’âge de 14 ans et sa vie a été ensuite un engrenage de mauvais coups et de fréquentations louches. Rusty Cat a laissé l’école pour entrer dans les gangs de rue et se perdre dans la consommation d’alcool et de cocaïne. Jeep a grandi dans les bas-fonds avant de sombrer dans l’enfer du jeu.

« Moi, ce que j’aime, ce qui fait battre mon cœur, ce qui fait que j’ai de l’intérêt, c’est les personnes qui sont un peu marginales. C’est l’humain qui m’intéresse », commente Christian, en entrevue. 

« Je trouve que les bums sont des gens intéressants parce que ce sont des gens à qui on ne donnait pas grand chance, à qui on a mis des bâtons dans les roues. À qui on a dit, tu ne pourras pas faire ceci ou cela, tu vas t’en aller presque sur le bord du précipice, mais tu vas réussir à revenir. Il y a des gens qui ont une vie intéressante, captivante, qui ont dû faire preuve de créativité, de résilience, qui sont des street smarts. »

L’auteur aime voir comment ces personnes arrivent à déjouer les pronostics. « Au bout de la ligne, ils ont réussi, ces trois-là, réussi à atteindre quelque chose qu’on vise tous : être heureux. Et être quelqu’un, pour quelqu’un d’autre. Souvent, les bums qui réussissent à se dé-bumiser – mais il reste toujours un fond –, ce sont des gens qui ont toute mon admiration. »

Christian a rencontré Ti-Gars, Rusty Cat et Jeep lors d’un séjour de trois semaines dans la maison de thérapie Pierre--Péladeau, où il a lui-même soigné une dépendance à la vodka. 

« Je suis allé en thérapie à l’âge de 64 ans. Trois semaines d’une très grande intensité. Ces gens qui ont un vécu formidable, intéressant, ont su que mon métier, c’est d’écrire. J’étais tombé sur une talle incroyable ! »

Il dit être un « collectionneur d’âmes humaines ». « J’aime les gens qui ont du vécu, et en maison de thérapie, j’en ai rencontré plein. J’en ai isolé trois, parce que je trouvais que les trois étaient différents les uns des autres. »

« Je m’étais attaché émotivement à chacun de ces trois-là et je le suis encore aujourd’hui. Ce sont encore trois amis, ces gars-là. Je savais qu’ils avaient confiance en moi. Je savais qu’en me présentant, un jour, avec mon magnétophone, il n’y aurait aucune censure. »

  • Christian Tétreault est animateur, chroniqueur et éditorialiste de sport.
  • Il est aussi concepteur et rédacteur pour la télévision.
  • Il est l’auteur de 17 livres, dont le best-seller Je m’appelle Marie, vendu à 70 000 exemplaires. 

EXTRAIT

Bums<br/>
Christian Tétreault<br/>
Les Éditions de l’Homme<br/>
328 pages.
Photo courtoisie
Bums
Christian Tétreault
Les Éditions de l’Homme
328 pages.

« Les bums que j’aime bien sont ceux qui ont poussé dans un sol appauvri, pas très fertile, ou dans une craque de trottoir ou de ruelle. Ceux qui sont partis croches parce qu’ils ont pigé un mauvais numéro. Qui n’ont pas eu d’autre choix que de se battre, dans tous les sens du mot, pendant un certain temps. Plusieurs sont aujourd’hui devenus repentants, droits, solides, et quelques-uns sont même devenus exemplaires. Il y en a aussi qui n’ont jamais pu s’en sortir. »