/world/middleeast
Navigation

Syrie: HRW plaide pour une distribution «équitable» du vaccin anti-COVID

Syrie: HRW plaide pour une distribution «équitable» du vaccin anti-COVID
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Beyrouth | L'ONG Human Rights Watch a appelé mardi à soutenir les organisations d'aide en Syrie pour garantir une distribution «équitable» des vaccins anti-COVID et leur administration aux plus vulnérables, accusant le régime de pratiques discriminatoires. 

Dans une Syrie morcelée par la guerre, l'écrasante majorité de la population dépend des aides d'ONG. Par le passé, le régime de Bachar al-Assad a été accusé d'empêcher l'arrivée d'aides vitales à des bastions de l'opposition échappant à son contrôle.

«Ceux qui fournissent les vaccins à la Syrie doivent faire tout leur possible pour s'assurer qu'ils arrivent aux plus vulnérables, où qu'ils se trouvent dans le pays», a dit dans un communiqué Sara Kayyali, experte à HRW pour la Syrie.

«Le gouvernement syrien ne s'est jamais gêné pour entraver l'accès aux soins médicaux, une pratique qu'il utilise comme une arme de guerre.»

Fin janvier, le gouvernement syrien a approuvé son adhésion au système Covax, mis en place par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour garantir une distribution des vaccins aux pays les plus défavorisés.

Mais il a souligné que l'obtention du vaccin ne devrait pas «porter atteinte à la souveraineté» du pays. Des déclarations citées par HRW qui s'inquiète d'une possible exclusion du plan de vaccination des zones du territoire échappant au régime.

«Le gouvernement a souvent retenu ou retardé les autorisations, voire interdit certains médicaments et autres denrées d'arriver aux territoires qu'il ne contrôle pas», rappelle HRW.

En guise d'exemple, HRW cite le refus» de Damas d'autoriser les agences de l'ONU d'«installer des laboratoires de dépistage de la COVID-19 dans le nord-est», une région tenue par les Kurdes.

Les zones kurdes se retrouvent un peu plus à la merci du régime, ne bénéficiant plus du dispositif d'aides transfrontalières parrainé par l'ONU qui permettait autrefois d'y faire entrer plus librement des aides internationales.

Il y a aussi l'ultime grand bastion djihadiste et rebelle d'Idleb (nord-ouest). HRW assure que les «autorités locales» de cette région ont présenté une requête officielle pour rejoindre le dispositif Covax.

Pour finir, HRW souligne les «défis logistiques» pour la distribution du vaccin à travers le pays, citant notamment la gestion de la chaîne du froid.